logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/08/2008

OUI MAI....APRES

L'ETE 1968 A ORLEANS ....

En 1968, la france ne compte que 2,7 % de chômeurs.

L'emploi n'est pas un problème et sur les pages de "La République du centre " réservées aux annonces, les offres se déclinent souvent au pluriel. L'Unelec, rue d'Ambert recherche ainsi des "tourneurs, ajusteurs, serruriers, chaudronnier, électromécaniciens, électriciens". Les Ateliers Pierre Gouju faubourg Madeleine, sont en quête de "toliers, menuisiers, ébénistes, machinistes, serruriers". Simone Pérèle quant à elle des "mécaniciennes sachant piquer sur les machines industrielles".

L'emploi n'est pas un problème, même pour les personnes peu ou pas qualifiées. Si Rivierre-Casalis recherche "de jeunes toliers titulaires du CAP" la fonderie Chenesseau à Saint Jean de Braye, embauche des "manoeuvres à spécialiser en fonderie".   La formation se fera sur le tas. Même chose aux établissements Bril (confection quai du roi) qui recherchent des "jeunes filles nées en 1950/1951/1952, sans qualification spéciale et désirant apprendre un métier. Le CV n'est en conséquence exigé que pour les emplois les plus qualifiés : une offre pour un poste de "cadre commercial dans une Société internationale" énumère ses exigences (connaissances comptables, expérience professionnelles, sens du commerce, facilité de rédaction et "si possible connaissance des problèmes de crédit") et réclame un CV avec "photo et prétentions". Mais il s'agit d'une exception : la règle générale veut qu'on se présente à l'entreprise aux heures d'ouvrture et que l'embauche se décide dans la foulée.

Les entreprises ont besoin de main-d'oeuvre. Elles font donc valoir les avantages qu'elles proposent.

 La SOFACO, de Fleury les Aubrais recherche des soudeurs à l'arc. Elle précise qu'elle dispose d'une cantine et que les horaires sont de 50 heures en cinq jours..... soit quatre heures de moins que les maximales hebdomadaires !

medium_Numériser0015.9.jpg

Les entreprises ne font pas la fine bouche. L'Etat français non plus : il a besoin de bras et les étrangers sont bienvenus... Courant juin, il a décidé d'un quota pour l'entrée en France de main-d'oeuvre algérienne : il s'établit à mille personnes par mois !

C'était il y a très longtemps .... On travaillait très dur, mais il n'y avait  presque pas de chômeurs. Et pas du tout de sans papiers........

UN TEMPS QUE LES MOINS DE QUARANTE ANS 

 NE PEUVENT PAS CONNAITRE !!!!

(sources journal Rép. Centre)

03/07/2008

ETRE UNE FEMME EN MAI 1968.....

C’était au temps des épouses qui devaient suivre leur mari, des pères chefs  de famille, du « papa lit et maman coud » ». C’était au temps où les épouses venaient juste d’avoir le droit de travailler sans l’autorisation de leur mari, au temps des « jeunes » filles, au temps où les filles étaient couturière ou dactylo. C’était au temps du « travaille et tais-toi ». En un mot, les idées rétrogrades et infériorisantes reléguaient les femmes dans un rôle de sœur, mère, d’épouse où aucune d’elles n’avaient le droit de disposer de son corps.

medium_Numériser0015.8.jpg

Et, Mai 1968 est venu tout chambouler. Bien sur, nos aînées féministes avaient déjà mené des combats libérateurs et engrangé quelques conquêtes remarquables (Ecoles primaires pour les filles en  1850 – protection des femmes au travail en 1874 – autorisation d’ouvrir un livret de Caisse d’épargne en 1881 – congés de maternité sans traitement en 1909 – accès à l’enseignement secondaire en 1924 – droit de vote en 1944 – accès à la contraception en 1967). Mais l'histoire nous apprend qu’en matière d’émancipation féminine rien n’est irréversible. Il suffit d’une vigilance qui se relâche et c’est reparti : les femmes sont les première à trinquer, elles doivent « rentrer à la maison ».

Mai 1968 n’a pas éclaté dans un ciel serein. Des féministes il y en avait déjà. Des salariées qui luttaient pour l’égalité des salaires, les semaines moins longue, la baisse des cadences et quelques fois le respect de la dignité il y en avaient aussi, comme des mères qui réclamaient un congé de maternité rémunéré. Pourtant quand la grève gagne les grands magasins, la Sécurité sociale, les chèques postaux, les centraux téléphoniques, les entreprises du textile, on comprend tout de suite qu’un vent nouveau se met à souffler. Il y a des milliers de cas où les femmes ont conduit et organisé leur grève tant il était essentiel pour elles d’exister, de décider, de mettre en cause une immense autorité aux multiples facettes.

medium_Numériser0014.9.jpg

L’apport de mai 1968 à l’émancipation des travailleuses ne se décèle pas dans le contenu du relevé de conclusions de Grenelle où il n’y a aucune mesure spécifique. Il n’est d’ailleurs pas certain que de telles revendications y furent formulées, puisque aucune femme ne participait aux négociations.

medium_Numériser0012.16.jpg

Pourtant mai 68 marque une réelle rupture, le début d’une profonde transformation du rôle et de la place des femmes dans notre société. Désormais, décidées à se faire respecter, les femmes organisent, les féministes se renforcent. La libération sexuelle était en marche. En 1974, l’IVG est légalisée et la contraception remboursée par la Sécurité sociale. Là est la première empreinte, elle ne fut pas la seule. En 1970 la mère devient l’égale du père en matière d’autorité parentale, en 1975 les règles du divorce sont libéralisées…

(Sources VIE NOUVELLE magazine UCR CGT – article d’Elyane Bressol)

26/06/2008

CETTE ANNEE LA !!!

1968      -   Une année charnière entre un avant et un après. L’essoufflement des années de croissance d’après-guerre. Les premiers signes d’angoisse et d’inquiétude d’une crise durable. Une année qui ne se limite pas à son joli mois de mai.

Cette année là, des enfants des écoles partent pour la première fois en classe de neige. Une neige trois  fois en or pour Jean-Claude Killy. De l’autre côté de l’océan, à Memphis, on assassine Martin Luther King. Au nom de l’idéal américain et de la lutte contre le communisme, encore, les B52 US pilonnent le nord du Viêt-Nam. Les JO de Mexico, endeuillés par la mort de dizaines d’étudiants, victimes d’affrontements avec la police, tressent néanmoins des lauriers à Colette Besson sur les 400 mètres et à Bob Beamon pour un  long, très long saut de 8,90 mètres. Le poing levé de Tommie Smith sur le podium du 200 mètres prolonge une vie de misère et un immense sentiment d’injustice  du peuple noir.

Cette année-là, on licencie cent journalistes de l’ORTF. La France bat le pays de Galles et réalise son premier grand Chelem dans le tournoi des nations. L’Iran enterre les dix mille victimes d’un terrible séisme. L’armée soviétique  intervient en Tchécoslovaquie. Un autre tremblement de terre.

Cette année-là Concorde fait ses premiers essais. Les Parisiens découvrent le ticket unique métro/bus et la génération « métro-boulot-dodo ». Une tragédie se noue au Biafra.

Cette année-là, un fameux sabot dit de « Denver » immobilise les automobiles mal garées. Yves Montand chante « à bicyclette ». Un autre univers. Un autre imaginaire. Une mélodie entraînante. Fredonnée par une génération qui, avec Paulette, se sentait pousser des ailes. Qui oserait. Qui sait demain ? Peut-être ? A bicyclette. Jacques Anquetil court sous les couleurs de Saint-Raphaël et le Hollandais Jan Janssens réalise un hold-up sur le Tour de France. Un tour pourtant promis à un Raymond Poulidor meurtri dans sa chair et dans son esprit par une terrible chute à Albi. Une autre version de la bicyclette…

Cette année-là, le cosmonaute Youri Gagarine part rejoindre les étoiles. Pour toujours. Les astronautes américains à bord d’Apollo VIII tournent déjà autour de la lune, qu’ils iront bientôt décrocher.

Cette année-là, en France, une autre fusée est mise à feu. A trois étages : la crise étudiante, la crise sociale, la crise politique. Les étudiants érigent des barricades. De Gaulle vilipende la chienlit, des millions de grévistes lui répondent. La gauche est divisée. Le général réapparaît. Des élections, sort une chambre bleu horizon. Déjà ! la France est en ébullition. Elle cherche à se débarrasser d’un ordre politique figé.

Cette année-là, un printemps s’est levé. Aux couleurs d’incendie. Un incendie dont les flammes et les cendres ne sont jamais retombées. Depuis, des millions d’hommes, comme une quête incessante, veulent eux aussi aller décrocher la lune. Un jour ! « Un jour futur » comme le chantait alors l’ami Jean Ferrat.

ET SI ENFIN UN JOUR, LE POETE AVAIT RAISON ?

 

(source magazine VIE NOUVELLE – UCR CGT - article de Michel Scheidt)
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique