logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/03/2015

DES HISTOIRES DANS L'HISTOIRE ....

Ces  femmes ont fait l'histoire, certaines très connues d'autre moins ou pas du tout et pourtant .....

"Femme, réveille-toi; le tocsin de la raison se fait entendre dans tout l'univers; reconnais tes droits. Le puissant empire de la nature n'est plus environné de préjugés, de fanatisme, de superstition et de mensonges. Le flambeau de la vérité a dissipé tous les nuages de la sottise et de l'usurpation. L'homme esclave a multiplié ses forces, a eu besoin de recourir aux tiennes, de briser ses fer. Devenu libre, il est devenu injuste envers sa compagne. Ô femmes! femmes, quand cesserez-vous d'être aveugles?" Olympe de Gouges  déclaration des droits de la femme et de la citoyenne.

 

Marie-Olympe-de-Gouges.jpg

 Marie Gouzedite Olympe de Gougesnée à Montauban le 7 mai 1748 et morte guillotinée à  Paris le 3 novembre 1793 est une  femme de lettres française, devenue femme politique.  Elle est considérée comme une des pionnières du du  féminisme français. Auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne elle a laissé de nombreux écrits en faveur des droits civils et politiques des femmes et de l'abolition de l’esclavage des hommes noirs. Elle est souvent prise pour emblème par les mouvements pour la libération des femmes.

Louise-Michel.jpg

 Louise Michel, née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte, Haute-Marne et morte le 9 janvier 1905 à Marseille, alias « Enjolras », est une institutrice, militante anarchiste, franc-maçonne, aux idées féministes et l’une des figures majeures de la Commune de Paris. 

ANNE FRANCK.jpg

Le journal d’Anne Frank est devenu l’ouvrage autobiographique le plus symbolique de la période de l’Holocauste. La jeune écrivaine est décédée dans un camp Nazi à l’âge de 15 ans.

 EMILY DEVISON.jpg

 Emily Davison était une activiste qui s’est battue pour le droit des femmes en Grande-Bretagne. Elle est emprisonnée à neuf reprises et nourrie de force 49 fois après avoir entamé des grèves de la faim.

SOEUR TERESA.jpg

La compassion et la dévotion sans limite de Mère Teresa pour les victimes du SIDA, de la tuberculose et de la lèpre font d’elle l'emblème international de la charité. Mère Teresa fonde l’organisation des Missionnaires de la Charité à Calcutta en Inde, et continue d’aider les pauvres jusqu’à ses derniers jours. Au cours de sa vie, elle reçoit de nombreuses distinctions honorifiques dont le Prix Nobel de la paix en 1979. Elle est béatifiée en 2003.

AMELIA EARHATE.jpg

 En plus d’être une pionnière de l’aviation américaine, Amelia Earhart est aussi la première pilote à traverser l’Océan Atlantique en solitaire. En 1937, elle disparaît mystérieusement en volant au-dessus de l’Océan Pacifique.

ROSA PARKS.jpg

 Surnommée la « première dame des droits civiques » par le Congrès américain, Rosa Parks avait refusé de céder sa place de bus à un passager blanc. Son acte avait conduit au Boycott de Montgomery et à d’autres mouvements destinés à mettre fin à la ségrégation raciale. Pour lui rendre hommage, les États de Californie et de l’Ohio célèbrent le Rosa Parks Day le 4 février (son anniversaire) et le 1er décembre (jour de son arrestation)

AUNG SAN SUU KYI.jpg

 Aung San Suu Syi récompensée par le Prix Nobel de la paix, la Médaille d’or du Congrès et le Prix international Simon Bolivar, est l’une des politiciennes les plus importantes de notre époque. Son parti, la Ligue nationale pour la démocratie, gagne les élections générales en Birmanie en 1990 avec 392 votes sur 492. Elle est assignée à résidence entre 1989 et 2010 pour des raisons politiques.

FLORENCE NIGHTINGALE.jpg

 Florence Nightingale, grande statisticienne et réformatrice sociale anglaise de l’époque Victorienne, est considérée comme la pionnière des soins infirmiers modernes. C’est grâce à elle que le métier d’infirmière devient une profession viable et respectable pour les femmes. Elle était appelée la « Dame à la lampe » parce qu’elle rendait visite aux soldats blessés la nuit.

MARIE CURIE.jpg

Célèbre pour avoir découvert le radium avec son époux Pierre Curie, Marie Curie est la première femme de l’histoire à recevoir le Prix Nobel. Elle en reçoit d’ailleurs deux, dans deux disciplines scientifiques différentes. Marie Curie est aussi la première femme à devenir professeure d’université – elle enseigne à Paris vers la fin de sa carrière.

MALALA YOUSAFZAI.jpg

 Malala Yousafzai est la plus jeune personne à avoir jamais reçu un Prix Nobel. La jeune femme pakistanaise a été grièvement blessée à la tête par des Talibans pour avoir été à l’école. Depuis son rétablissement spectaculaire, Malala est devenue l’emblème de l’accès à l’éducation et de l’émancipation sociale des femmes.

JUNKO TABEI.jpg

 En 1975, la célèbre alpiniste Junko Tabei devient la première femme à atteindre le sommet de l’Everest, la plus haute montagne du monde.

 

KAY COTEE.jpg

 Auteure, navigatrice, artiste et oratrice Kay Cottee est devenue la première femme à faire le tour du monde en solitaire sans escale en 1988.

BENAZIR BHUTTO.jpg

  Benazir Bhutto est la première femme à devenir Premier ministre dans un pays musulman, et son nom parait dans tous les journaux du monde lorsqu’elle gagne les élections au Pakistan en 1988. Elle a prouvé être une femme courageuse et résistante dans un pays marqué par des coups d’état militaires violents.

AMELIA BOYNTON ROBINSON.jpg

 Leader du mouvement américain pour les Droits civiques ayant pris place à Selma, dans l’Alabama, Amelia Boynton Robinson joue un rôle significatif dans la marche du « dimanche sanglant » de 1965. Elle reçoit la Médaille de la liberté Martin Luther King en 1990.

ELIZABETH BLACKWELL.jpg

 Elizabeth Blackwell est la première femme de l’histoire américaine à recevoir un diplôme médical. Elle est aussi considérée comme une pionnière de l’éducation des femmes dans le domaine de la médecine. Enfin, elle est la première femme à être admise dans le Registre médical britannique.

ELLEN JOHNSON SIRLEAF.jpg

Actuellement Présidente du Libéria, Ellen Johnson-Sirleaf est la première femme à avoir été élue Chef d’État en Afrique. Comme Leymah Gbowee et Tawakel Karman, elle reçoit le Prix Nobel de la paix en 2011.

MARGARET SANGER.jpg

 Célèbre pour sa lutte pour la contraception et l’éducation sexuelle, Margaret Sanger est aussi connue pour avoir mis en place la Planned Parenthood Federation of America (planning familial américain). Ses actions militantes lui valent d’être arrêtée à plusieurs reprises.

 

SIRIMAVO BANDARANAIKE.jpg

 Sirimavo Bandaranaike est la première femme élue chef de gouvernement. Elle a longtemps été à la tête du Parti pour la liberté au Sri Lanka, et a provoqué un impact considérable pendant son mandat de Premier ministre.

 

INDIRA GANDHI.jpg

 

 Indira Priyadarshini Gandhi, née Nehru, le 19 novembre 1917 et morte le 31 octobre 1984. Femme politique indienne, Première ministre de la République d'Inde de 1966 à 1977, puis de 1980 à sa mort en 1984, et seconde femme au monde élue démocratiquement à la tête d'un gouvernement......

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19:47 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

02/12/2011

MEMOIRE D'HISTOIRE ... DEVOIR DE MEMOIRE ...

Ce mercredi 30 Novembre 2011, FR3  Centre diffusait, malheureusement très tard (à minuit), un documentaire sur Jean Zay intitulé "Jean Zay, un crime français". Ministre de l’Education Nationale de Léon Blum, il a  a été, en 1940, le premier condamné politique du régime de Pétain à une peine qui vise à rappeler celle de Dreyfus : dégradation militaire et déportation à vie. En 1941 sa peine est muée par le gouvernement de Vichy en internement en métropole. Incarcéré pendant trois ans et demi à la maison d’arrêt de Riom, il est assassiné par la milice le 20 juin 1944 à Molles dans l'Allier.

La mémoire de cet homme, au destin tragiquement brisé, sera refoulée, tronquée, amenuisée. Son exécution illustre les mensonges, contre-mensonges, oublis volontaires ou involontaires quand il s’agit de Vichy et de son rôle.

Mais se souvient-on bien  qui était Jean ZAY, cet homme hors du commun à l'itinéraire dense, fulgurant et tragique,  devenu au fil du temps une figure de légende pour les Orléanais.

jean Zay.jpg

 Jean Zay  est né à  Orléans dans le Loiret le 6 Août 1904 d'un père juif  alsacien dont les parents avaient choisi la France en 1871, directeur du journal radical-socialiste Le Progrès du Loiret, et d'une mère protestante  de la Beauce, institutrice. Il poursuit ses études au Lycée Pothier où il rencontre René Berthelot , futur directeur du Conservatoire National de musique d'Orléans, qui deviendra son meilleur ami. Il s'engage très tôt en politique.  Dès ses études secondaires, il adhère aux Jeunesses laïques et républicaines, puis, à sa majorité (21 ans) s'inscrit au Parti radical.  Il fréquente les cercles républicains, devient membre de la  ligue des Droits de l'homme , responsable de la ligue de l'enseignement  et se fait initier à la  loge maçonnique Etienne Dolet en 1926.

En 1932 à 27 ans, il est élu député du Loiret (radical-socialiste).  Il est alors le plus jeune député de France. En 1936,  il  est  le nommé sous-secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil. Quelques mois plus tard, il est réélu et devient, à 32 ans, le 4 juin 1936, membre du gouvernement du Front Populaire   comme Ministre de l'Education nationale  et des Beaux-Arts jusqu'à sa démission le 2 septembre 1939  pour rejoindre l'armée combattante. En mars 1937, il avait été élu conseiller général du  canton d'Orléans-Nord-Est.

Partisan de l'école unique et de l'égalité des chances pour tous, il instaure la scolarité obligatoire jusqu'à 14 ans, l'harmonisation des programmes et le rapprochement des filières. L'orientation se fait selon les goûts des élèves, les effectifs sont réduits, l'éducation physique devient obligatoire et l'après-midi de plein air est créée. Par deux circulaires, Jean Zay s'inscrit contre les propagandes politiques et religieuses à l'école. Son action dans le domaine culturel et scientifique est tout aussi novatrice : aide à la création du CNRS, démocratisation des musées, politique de la lecture et défense d'un droit d'auteur, projet de statut du cinéma et d'un festival de Cannes...

Mobilisé à Bordeaux, il quitte son régiment pour assister le 19 Juin 1940  à la dernière session du Parlement qui s'est replié avec le Gouvernement dans cette ville .....

 Le documentaire,  qu'on peut revoir  sur http://centre.france3.fr/info/jean-zay-un-crime-francais-en-vod-71293315.html?onglet=videos  retrace la suite des évènements menant à l'assassinat de Jean Zay par les miliciens. 

(sources wikipédia -  site internet de la ville d'Orléans - FR3 CENTRE) 

07:59 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

26/02/2010

O'CANADA - 6

Durant les quelques cent ans qui précédèrent 1763, la France, l'Angleterre furent à peu près constamment en guerre en Europe. Les hostilités émigrèrent avec les colons sur le nouveau Continent : conflits territoriaux, rivalités de monopoles des fourrures ne cessèrent d'opposer Français et Anglais. En 1670 les Anglais fondent la fameuse "Compagnie des Gentlemen aventuriers de la Baie d'Hudson", lesquels gentlemen entrèrent en compétition ouverte avec les trafiquants français pour le commerce des peaux avec les indiens, tant à l'intérieur des terres que le long des cours d'eau de l'est.

le troc.jpg

Les Iroquois campés sur leurs positions stratégiques au bord de l'Ontario, entretenaient des relations amicales avec les marchands anglais, tandis que les tribus des lacs supérieurs commerçaient surtout avec les Français. Les "coureurs des bois" encouragèrent leurs alliés à entreprendre des raids sur les postes de la nouvelle Angleterre et les Anglais, en représailles, faisaient attaquer ceux de l'Acadie. C'est ainsi que les forts de la Baie d'Hudson furent pris et repris comme le furent les petits postes de l'intérieur.

HudsonB.jpg
expédition de la Baie d'Hudson
prise d'un fort anglais.jpg
Prise d'un fort Anglais

 Tandis que les rivalités croissaient en violence, les "coureurs des bois" des deux camps finissaient par adopter les habitudes et les usages de leurs alliés Indiens. Ils portaient mocassins et bonnets de fourrure, leggins et vestes de peaux et s'enduisaient la figure de graisse et d'ingrédients colorés pour se protéger des moustiques et des taons.

Trappeur.JPG

Nombre d'entre eux vivaient en permanence dans les campements des tribus amies, n'en sortant qu'à l'été pour aller vendre leurs fourrures à Montréal.

 

Charles_Deas_The_Trapper_and_his_Family.png

 Cette dernière chanson date de cette époque de "fraternisation" : un vieux Peau-Rouge raconte à un voyageur qui s'enquiert des nouvelles d'un compagnon, que son ami est mort dans les bois et que les indiens l'ont enterré avec tous les honneurs funèbres. Le refrain apparemment sans signification, parodie un dialecte indien.


podcast

Fin de la première partie .... 

 

 

08:02 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

25/02/2010

O'CANADA - 5

Tandis que les missionnaires Jésuites tentaient de convertir les Indiens au christianisme, les marchands de fourrures étendaient leur rayon d'action vers l'intérieur du continent. 

traite des fourrures au canada.jpg

 Quelquefois ils joignaient leurs efforts et c'est ainsi qu'ensemble, le Père Marquette et Louis Jolliet  un explorateur canadien 

le père Marquette.jpg
Le père Marquette
statue de JOLLIET.jpg
statue de Louis Jolliet
 découvrirent le Mississipi  et en descendirent le cours jusqu'à la jonction de l'Arkansas.
marquette et jolliet - LES ROUTES.jpg
JOLLIET ET MARQUETTE.jpg

A son tour, Robert Cavelier de la Salle

Cavelier_de_la_salle.jpg

reprit l'exploration du fleuve géant jusqu'à son embouchure, permettant ainsi à la France de proclamer ses droits sur la Nouvelle-Orléans.

La Salles Expedition to Louisiana.jpg
expédition de Cavelier de La Salle en Louisiane

 Plus tard, La Verendry et ses trois fils,

Les frères la verandry.jpg
Les frères La Verendry

 pour les besoins de leur commerce de fourrures, s'enfoncèrent toujours plus à l'ouest, dans les régions qui formèrent  plus tard le Manitoba et le Saskatchewan.

La Vérandry.JPG
Expédition La Verendry
Trajet de la Verandry.jpg

 Dès sa naissance, le commerce des fourrures en Nouvelle-France fut officiellement reconnu comme le monopole de "la Compagnie des cent" laquelle obtint la reconnaissance légale en 1627

Compagnie des Cent.jpg

contre l'engagement de fournir les moyens d'établissement à quatre mille colons dans un délai de quinze ans.

LES COLONS CANADIENS.jpg

Cependant les profits considérables récoltés dans le trafic des peaux poussèrent nombre de nouveaux  émigrants à se lancer dans la vie aventureuse des "coureurs des bois".

commerce des fourrures ....jpg

Chaque année, des centaines de colons abandonnaient leur ferme pour chercher fortune comme chasseurs et trappeurs d'animaux à fourrure.

coureurs de bois 2.jpg

Au printemps, ils descendaient à Montréal en canoës ou en bateaux, chargés des prises de l'année. La cargaison vendue, ils achetaient de nouvelles provisions, renouvelaient leur matériel et repartaient vers l'intérieur des terres.

la saga des indiens blancs.jpg

 Tout en pagayant pour remonter les rivières, les trappeurs chantaient de vieilles chansons françaises qu'ils avaient transplantées sur le nouveau continent. Avec eux naquirent les premiers refrains spécifiquement canadiens. Témoin ce "Petit rocher" complainte d'un trappeur mourant et composée au début du XVIIIe siècle par un certain Cadieux, authentique "coureur des bois".

 
podcast

D'après la légende, Cadieux aurait été un intrépide voyageur et chasseur, connu dans toute la région du Saint-Laurent. Une année qu'il chassait le long de l'Ottawa, il avait installé sa femme et ses enfant dans un camp proche des chutes de cette rivière et connues sous le nom de "cataractes du grand Calumet". En rentrant un soir il aperçoit le camp cerné par une bande d'Iroquois. Aussitôt il charge femme et enfants dans un canoë et les lance dans le tourbillon du rapide. A la grâce de dieu ! Il les rejoindra plus tard ... Pour le moment, il reste sur place afin de détourner l'attention des Indiens. Finalement et miraculeusement, l'équipage parvient à atteindre un poste français. Mais une fois les Iroquois repartis et quand une équipe de secours parti à la recherche de Cadieux, on retrouva son corps dans une tombe peu profonde, apparemment creusée de ses mains. Près de lui, une feuille d'écorce de bouleau portait, écrites en lettres de sang, les paroles de cette chanson.

(à suivre...)

08:05 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique