logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/12/2008

SOUVENIRS D'ENFANCE - 3ème épisode

Me voilà donc arrivée en Belgique à deux mois et demi des vacances d'été. Il avait été entendu que je continuerais l'école et l'inscription avait été faite  dès l'annonce de mon arrivée. C'est quand même un peu anxieuse de ce changement que je pris le chemin de l'école de Montceau sur Sambre . Je connaissais quelques enfants de voisins, mais les dernières vacances étaient loin. Allaient-ils me reconnaitre... on grandit vite à cet âge... allaient-ils m'accepter au milieu de leurs copines et copains habituels ....

Me voilà donc dans la cour de l'école, prise en main et par la main par une institutrice sympa, dont je ne me souviens plus du nom et qu'il fallait appeler "madame" simplement "madame" . Je jettais un coup d'oeil  circulaire pour repérer les lieux.... le préau, les classes, les toilettes extérieures, les bacs en zinc avec des robinets pour le lavage des mains, un robinet "bêtement" planté dans un recoin d'un mur ???  et le grand portail d'entrée. A cette époque, point de bac à sable, de jeux d'enfants comme il en existe de nos jours. La récréation, c'était la corde à sauter, la marelle avec la boite à cirage ou pour ce qui me concernait un magnifique galet en verre tinté, bien plat, bien lisse , comme en possédait la plupart des filles de verrier (métier de mon père en France) qui nous emportait tout de suite au ciel pour peu que nous n'arrivions pas à maitriser notre élan. J'avais insisté pour l'emporter .... un signe de rattachement à ceux restés à REIMS et ma foi j'eu un certain succès. Ce serait à qui pourrait me l'emprunter en faisant assaut d'amabilités. On jouait aussi à la ronde, au mouchoir rouge.... les jeux d'enfants sont universels.

Dans la cour d'école cohabitaient joyeusement des petits blonds aux yeux bleus, des enfants bruns aux yeux noirs qui parlaient entre eux un langage inconnu en i en a en o... J'ai su par la suite qu'ils étaient issus de la communauté italienne, mais la plupart d'entre eux allaient à l'école catholique. "Mononcle" Armand m'avait mis au parfum en ce qui concernait "l'école des soeurs" comme il disait. Enfant il n'avait pas été très sage à l'école publique. Il  avait fallu le mettre à l'école des soeurs pour lui apprendre la discipline et c'est pour ça qu'il n'avait plus de cheveux sur la tête. Je le croyais dur comme fer et je plaignais  les gamin(e)s qui allaient perdre très vite leurs belles boucles et leurs tresses brunes .....

Le contact avais été sans complications. J'étais  une enfant très sociable, avec une facilité d'adaptation  exceptionnelle ... c'est ce qu'avait dit "Madame"  quelques jours après mon arrivée. Les jours et les semaines passaient  et  j'avais l'impression d'avoir fréquenté cette école depuis toujours. "Madame" avait  quelques soucis de discipline avec moi, mais en fin de compte ça se terminait plutôt bien.

Il était formellement interdit de boire aux robinets de la cour avait dit "Madame" sans autre explication . Un  jour de "grand soif" de cette soif qui devient un tourment  pour une enfant de cet âge,  je m'étais mis en tête de boire au robinet. Pas à ceux du lavage des mains, à la vue de tout le monde, NON  à " l'isolé bêtement planté dans le mur" , persuadée que personne ne prêterait attention à mes faits et gestes. Mal m'en a pris , tournant le robinet trop  fort, l'eau avait éclaboussé mon tablier, trempé mes sandalettes et mes socquettes  ... "Madame" était derrière moi avant je j'ai pu dire OUF. Inutile de répliquer, j'étais bel et bien coincée. Tante Clémentine saurait tout à midi, "mononcle" Armand aussi , la punition était suspendue au dessus de ma tête..... faut dire que  je n'en étais pas à ma première incartade... 'l'école des soeurs" se profilait à l'horizon .... je n'aurais plus de cheveux sur le dessus de ma tête... terminées les belles anglaises qui faisait la fierté de maman, la honte, l'horreur..... L'explication avec l'oncle Armand a eu lieu entre deux tartines et une barre de chocolat.

 L'après midi me ramena à l'école, sans une larme, l'oeil brillant, les socquettes et le tablier changé, les chaussures du dimanche aux pieds..... Alors Annie, décidée à être sage. Votre "mononcle" vous a certainement grondée ???  et là d'une traite, sans trembler, droit dans les yeux......  j'ai répliqué .... non, il a dit que quand il était petit il  avait fait de même et qu'il n'y avait vraiment pas de quoi en faire une affaire.....

Pendant bien des années, l'institutrice rencontrant mes parents au gré de leurs visites dans la famille, ne manquait pas de demander des nouvelles de la "petite Annie". A la naissance de mes filles elle s'est enquis de savoir si elles me ressemblaient .....

 

07:30 Publié dans Hier | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique