logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/05/2006

"Le prince des poètes, le poète des princes"

medium_ode_cassandre.jpg

12:55 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

10/05/2006

POEME DE GASTON COUTé

De la même époque qu’Aristide Bruand, Théodore Botrel et Pierre Mac Orlan, Gaston Couté a fait les beaux jours des cabarets montmartrois au début du 20ème siècle. Ses poèmes colorés, directs, aux images audacieuses et brutales allaient au coeur des foules. Résolument du côté des victimes, des rejetés de la société dans un style percutant, il fait surgir des vérités implacables qui font tourner le dos à l’emprise des lois de la “bonne” éducation et “bonne” morale. Si il est resté un poète méconnu c’est que la censure dont il fut l’objet par les autorités en place à son époque n’est pas étrangère à son absence de la litérature française.

CHANSON DE MESSIDOR

Dame ! vois-tu les grands blés d'or
Sous les couchants de Messidor
Saillir longs et droits de la glèbe.
Ils ne sont pas encor si longs
Que les flots de tes cheveux blonds
Où je cache mon front d'éphèbe.

Dame ! écoute la voix du vent
Dont l'aile caresse en rêvant
Une par une chaque tige.
Elle est moins vibrante d'émoi
Que ta chanson qui fait en moi
Courir des frissons de vertige.

Dame ! regarde voltiger
Les abeilles en l'air léger
Et se reposer sur les roses.
Leur miel plein d'arôme est moins doux
Que le baiser pris à genoux
Sur tes lèvres fraîches écloses.

Dame ! en ton geste noble et lent
Cueille un coquelicot sanglant
Pour l'épingler sur ta poitrine.
Il est moins rouge que mon coeur
Quand ton rictus aigre et moqueur
Le met en doute ou le chagrine
.

10:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

09/05/2006

GASTON COUTé EN PATOIS

CHRIST EN BOIS

Bon guieu ! la sal'commune ! …Ac'souer,
Parsounne a voulu m'ar'cevouèr
Pou que j'me gite et que j'me cache
Dans la paille, à couté d'ses vaches
Et, c'est pour ren qu' j'ai tiré
L'cordon d'sonnette à ton curé
Et qu'j'ai cougné cheu les déviotes
Les cell's qui berdouillent des pat'not'es
Pour aller dans ton Paradis
S'ment pas un quignon d'pain rassis
A m'fourrer en travers d'la goule
I'm l'gard'nt pour jiter à leu's poules
Et, c'est pour ça qu'j'attends v'ni d'main
Au bas d'toué, su' l'rebord duch'min
En haut du talus, sous l'vent d'bise
Qu'ébranl' les grands bras d'ta crouex grise
Abrrrr… qu'il pinc' fortel'salaud
Et j'sens mon nez qui fond en ieau
Et tous mes memb'ers qui guerdillent
Et mon cul g'le sous mes guenilles
Mais, tu t'en fous, toué, qu'l' fass' froued
T'as l'cul t'asl'cœur, t'as tout en bouès
Hé l'Christ ! T'entends-t-y mes boyaux ?
Chanter la chanson des moigniaux
Qui d'mandent à picorer queuqu'chose ?
Hé l'Christ ! T'entends-t-y que j'te cause
Ey qu'j'te dis qy'j'ai-z-eun' faim d'voleux
Tell'ment qu'si, par devant nous deux
I'passait queuqu'un su' la route
Pour un méyion coumm' pour eun' croute
I'm'sembl'que j't'f'rais un mauvais coup
Tout ça, c'est ben, mais c'est point tout
Après ça s'rait en Cours d'Assises
Que j'te r'trouve'rais, et, quoué que j'dise
Les idées qu'ca dounne et l'effet
Qu'ça produit d'pas avouer bouffé
Les jug's i's vourin ren entend'e
Car c'est des gas qui sont pas tend'es
Pour les ceuss' qu'a pas d'position
I's n'me rat'rin pas, les cochons
Et tu s'rais pus cochon qu'mes juges
Toué qui m'v'oués, vent'creux et sans r 'fuge
Tu f'rais pas eun' d'march' pour moué
T'as l'vent, t'as l'cœur, t'as tout en bois
L'aut'e, el'vrai Christ ! el'bon j'teux d'sorts
Qu'était si bon qu'il en estb mort
M'trouvant guerdillant à c'tte place
M'aurait dit : Couch'su'ma paillasse…
Et, m'voyant coumm'ça querver d'faim I'm'aurait dit :
Coup'toué du pain Gn'en a du tout frès dans ma huche
Pendant que j'vas t'tirer eun'cruche
De vin nouvieau à mon poinson
T'as drouet coumm'tout l'monde au gueul'ton
Pisque l'souleil fait pour tout l'monde
V'ni du grain d'blé la mouesson blonde
Et la vendange des sas tortus
Si, condamné, i' m'avait vu Il aurait dit aux jug's : Mes frères
Qu'il y fout' don' la premier'pierre
C'ti d'vous qui n'a jamais fauté
Mais, toué qu'les curés ont planté
Et qui tron'cheu les gens d'justice
T'es ren ! qu'un mann'quin au service
Des rich 's qui t'mett'nt au coin d'leu's biens
Pour fair' peur aux moignieaux du ch'min
Que j'soumm's.. Et pour çà, qu'la bis'gronde
T'foute à bas… Christ d' contrebande
Christ ed' l'Eglis ! Christ ed' la loué
Qu'as tout, d'partout, qu'as tout en bouès !

10:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

04/05/2006

POUR DOMINIQUE LE PAPYDOMPOINTCOM et les autres s'ils le veulent

Je vous souhaite....

Je vous souhaite de souhaiter.
Je vous souhaite de désirer.
Le bonheur, c'est déjà vouloir.
Comme en droit pénal, l'intention vaut l'action.
Le seul fait de rêver est déjà très important.
Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir
et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns.
Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer
et d'oublier ce qu'il faut oublier
.
Je vous souhaite des passions.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil
et des rires d'enfants.
Je vous souhaite de résister à l'enlisement,
à l'indifférence, aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite surtout d'être vous.


Jacques Brel, 01/01/68

22:15 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique