logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/03/2008

Premiers signes du Printemps

medium_100_5438.2.JPG

 Tandis qu'à leurs oeuvres perverses

 Les hommes courent haletants,

Mars, qui rit malgré les averses

 Prépare en secret le printemps

 

 Pour les petites pâquerettes

 Sournoisement, lorsque tout dort,

Il repasse les collerettes

Et cisèle des boutons d'or.

medium_100_5395.JPG

Dans le verger et dans la vigne,

Il s'en va, furtif perruquier,

Avec une houppe de cygne

Poudrer à frimas l'amandier.

 

Tout en composant des solfèges,

Qu'aux merles il siffle à mi-voix,

Il sème aux près les perce-neige

Et les violettes aux bois

medium_100_5443.JPG

Sous l'herbe, pour que tu la cueilles,

Il met la fraise au teint vermeil,

Il te tresse un chapeau de feuilles

Pour te garantir du soleil.

 

 Puis, lorsque sa besogne est faite,

 Et que son règne va finir,

Au seuil d'Avril tournant la tête,

Il dit " Printemps, tu peux venir ! "

medium_100_5365.JPG

 (Théophile Gautier)

07:00 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

20/01/2008

L'ADIEU

J'ai cueilli ce brin de bruyère

L'automne est morte souviens-t'en

Nous ne nous verrons plus sur terre

Odeur du temps brin de bruyère

Et souviens-toi que  je t'attends.

-0-0-0-

Guillaume Apollinaire

09:30 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

26/11/2007

OCTOBRE EST PASSé, LE POEME EST RESTé

En octobre, les jours qui suivent les vendanges,

Lorsque le ciel est clair, et qu'il fait du soleil,

Ont un charme secret et des douceurs étranges.

 

Le paysage rêve et la terre à sommeil ;

Et toute la beauté dont ce moment se pare,

On sent qu'elle est fragile, un peu souffrante et rare.

 

L'air est fait d'un cristal fluide qu'on croit voir.

L'horizon délicat tremble dans les buées,

Et dès l'après-midi l'on sent déjà le soir.

 

Car le soleil a des lueurs atténuées ;

Il parait très lointain et, sous ses pâles feux,

Les arbres ont toujours beaucoup d'ombre autour d'eux.

 

Touffus encore, les bois qui dorment à mi-côte

Ourlent déjà d'un or léger leur masse haute,

Et les fils de la Vierge argentent les labours.

 

Par les terres l'on voit, en blancheurs indécises,

Cheminer sous le joug des couples de boeufs lourds

Et fumer le toit des maisons grises.

 

L'air n'est ému d'aucun souffle. Le vent attend ...

Et tel est le silence où l'heure se recueille

Qu'à travers la campagne anxieuse on entend

 

Parfois, le bruit que fait la chute d'une feuille.

-*-*-*-*-*-

Louis MERCIER

 

 

 

08:20 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

15/11/2007

L'AUTOMNE.......

On voit tout le temps, en automne,

Quelque chose qui vous étonne,

C'est une branche tout à coup,

Qui s'effeuille dans votre cou.

C'est un petit arbre tout rouge,

Un , d'une autre couleur encor,

Et puis partout, ces feuilles d'or

Qui tombent sans que rien ne bouge.

-.-.-.-.-

Lucie DELARUE-MARDRUS

(poèmes mignons pour les enfants)

 

08:50 Publié dans Poèmes | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique