logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/08/2009

ALLUMER LE FEU .....

feux artifices 2009 - 2.pps

08:15 Publié dans Ma ville | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

28/10/2008

UNE FERME A LA VILLE....

Elle s'était installée dans le Centre d'Orléans, au pieds de la Jeanne, au MARTROI comme on dit ici. 

medium_100_7533.JPG

Le soleil et la chaleur étaient au rendez-vous ce samedi 30 Août 2008 dans une ville en fête et  les Orléanais  ont été nombreux à rendre visite à cette ferme, pour "une journée à la campagne" organisée par les jeunes agriculteurs du Loiret.

medium_100_7539.JPG

Fabrication du beurre,

medium_100_7542.JPG
medium_100_7541.JPG

exposition d'animaux,

medium_100_7536.JPG
medium_100_7537.JPG
medium_100_7543.JPG
medium_100_7545.JPG

vente de produits régionaux,

medium_100_7578.JPG

quiz grand public, les orléanais ont parfois semblé découvrir un monde parallèle et bien singulier. " C'est vrai que le gens nous donnent l'impression qu'on vit sur une autre planète " s'amusait un jeune agriculteur  " ils ont vu des vaches à la télé, dans les pubs, mais pas en vrai. Ils ne savent pas en réalité qu'elle est la taille d'une vache adulte, encore moins celle d'un jeune veau. Et les enfants sont émerveillés "

Je me suis baladée le long des allées, grignoté çà et là un bout de tomme de chèvre, un morceau de terrine de gibier, croqué une pomme, admiré les couleurs, la fraicheur des légumes et fruits  déposés dans les paniers,

medium_100_7582.JPG
medium_100_7583.JPG
goutté quelques  cuillérées de confitures surprenantes,

medium_100_7581.JPG

de miel, savouré une petite tartine de pain craquant recouvert  de beurre tout frais sorti de la baratte le tout 100% nature.

medium_100_7540.2.JPG

Retenu la recette de la charmante demoiselle  dont les parents tiennent une ferme dans le coin.

Prenez 20 litres de lait et placez-les dans une écrémeuse ou tout autre robot-ménager qui peut faire office de parent proche. Après quelques minutes vous obtenez sans effort un précieux litre de crème et, bien sûr des litres de lait écrémé  qui ne rentrent pas en compte dans la recette du jour. Placez ensuite le litre de crème dans une baratte (ou tout autre robot ménager qui peut faire office de parent proche ...), lequel se charge de faire le partage entre le petit lait et le beurre. Voilà c'est prêt... et pas sorcier !

Plus facile encore pour "émerveiller" les petits citadins : prenez un verre rempli de crème, glisser un glaçon dedans et agitez. Vous obtiendrez en quelques  minute du beurre !   FASTOCHE !!!

Il y avait "ça" aussi en exposition ....une bien belle bête 

medium_100_7534.JPG

 

medium_100_7535.JPG
équipé d'un GPS... On n'arrête plus le progrès !!!!
J'ai repris ma route le nez en l'air pour ....
mais ça c'est une autre histoire !!!

08:35 Publié dans Ma ville | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

07/10/2008

POUR UN FIACRE DEVENU SAINT....

LES FETES DE LA SAINT FIACRE

PATRON DES JARDINIERS

Logé dans la vallée alluvionnaire « ENTRE LOIRE ET LOIRET » le quartier Saint Marceau a fêté la Saint Fiacre 2008 sur ce thème,  le dernier week-end d’Août.

L’horticulture est née dans ce quartier il y a plus de quatre siècles et la tradition de fêter Saint Fiacre, patron des horticulteurs est toujours un moment exceptionnel pour les Orléanais, puisque près de 20 000 visiteurs ne manquent pas de venir admirer les décors splendides de l’église de mon quartier,  Saint-Marceau.

La corporation de Saint Fiacre aidée d’une centaine de bénévoles, met en harmonie fleurs et légumes. Des oriflammes fleuris et géants ont été installés à plus de 30 m de hauteur sur le clocher, des vagues fleuries rappelant la Loire garnissent les voûtes de l’église et le « bouillon » (la source)  du Loiret a été reconstitué. La présence d’un bateau rappelle que lors de la dernière guerre, les maraîchers de St Marceau traversaient la Loire pour approvisionner la ville en légumes.

Les horticulteurs, les pépiniéristes, les maraîchers, les paysagistes et les fleuristes ont su une  nouvelle fois allier leur savoir-faire et leur production. 

07:45 Publié dans Ma ville | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

14/03/2008

UNE GOURMANDISE....

LE COTIGNAC - Une friandise de roi

En matière de confiserie, qui dit Orléans pense cotignac. Et voilà d'ailleurs plusieurs siècles que la cité de Jeanne d'Arc et le cotignac sont étroitement liés. L'origine de cette délicieuse friandise remonterait à l'Antiquité, époque à laquelle les Grecs cuisinaient une préparation similaire à base de coings confits dans le miel. Mais c'est au cours du Moyen-Age qu'est apparu le vrai cotignac made in France dont parle Rabelais dans son "Pantagruel". Cette douce confiserie, qui continue de nous régaler, aurait été inventée par un pâtissier du village de Cotignac dans le Var, qui serait venu s'installer à Orléans. Il s’agit d’une gelée de coing cuite selon une recette traditionnelle, coulé dans de petites boites en bois d’épicéa. 

medium_Sans_nom.jpg 

LES VERTUS DU COTIGNAC

Le cotignac, fabriqué avec différentes variantes, et vendu par les apothicaires, était très apprécié pour ses propriétés apéritives et digestives. Ainsi, un ouvrage gastronomique ancien précise que : "le cotignac est un astringent si on le prend à l'entrée du repas ; il fortifie l'estomac, aide à la digestion, garantit les têtes des fumées qui montent au cerveau après avoir bu ; au contraire, s'il est pris après, il lâche le ventre insensiblement et peu à peu, sans l'offenser."

LE VRAI COTIGNAC D'ORLEANS

Dès le règne de Louis XI, tous les rois, les princes, les grands personnages de passage à Orléans, se voyaient offrir du cotignac. François 1er raffolait de cette gourmandise qu'il pouvait dit-on, savourer les larmes aux yeux. D'aucuns attribuaient même au cotignac des propriétés médicales, comme le médecin d'Henri III qui affirmait que "les femmes enceintes mangeant force cotignacs font de beaux enfants". La reine de Navarre s'y étant arrêtée en 1546, la ville lui fit "de grands présents en pâtisseries, dragées, confitures, fruits confits, et surtout en cotignac fait à l’hôtel de ville et en présence des échevins". Michel de Nostre-Dame, alias Nostradamus, affirme en 1555 que "ces confitures sont "d’un merveilleux bon goût" pour deux raisons : "pour médecine... et pour en manger à plaisir à toute heure"... Louis XV obligea Monseigneur de Jarente, évêque d'Orléans, à aller en chercher pour ses filles qui raffolaient de cette friandise. Cette anecdote fut rapportée par le neveu de l'évêque, qui n'est autre qu’un certain Grimod de La Reynière. Elle fut reprise par Alexandre Dumas dans son Grand Dictionnaire de Cuisine. Charles Monselet, auteur de La Cuisinière poétique à la fin du XIXe siècle, écrivait d'ailleurs au sujet du cotignac : "Ce n'est ni de la pâte, ni de la gelée de coings ; c'est une préparation à côté, dont la ville d'Orléans a le monopole. Un gourmand ne peut se dispenser d'en faire venir et d'en ranger quelques boîtes sur les plus hauts rayons de sa bibliothèque - c'est à dire de son buffet."

Aujourd'hui malgré la concurrence du roudoudou, le cotignac d'Orléans, dont la réputation et la saveur n'ont pas diminué, est fabriqué de manière très artisanale par Benoît Gouchaut à Saint Ay qui remplit chaque année avec sa production, près de 20 000 des fameuses petites boites en épicéa. la tradition d'en offrir aux chefs d'Etat se pratique toujours.

medium_Numériser0014.5.jpg

08:20 Publié dans Ma ville | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique