logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/10/2007

ESSENCES ET PARFUMS .....

Et pour terminer la promenade, flânons  dans les « senteurs de villes et les senteurs des champs » au « Crépuscule du soir mystique »  avec  Paul Verlaine 

Le souvenir avec le crépuscule

Rougeoie et tremble de l’ardent horizon

De l’Espérance en flamme qui recule

Et s’agrandit ainsi qu’une cloison

Mystérieuse où mainte floraison

- Dahlia, lys, tulipe et renoncule –

S’élance autour d’un treillis,  et circule

Parmi la maladive exhalaison

De parfums lourds et chauds, dont le poison

- Dahlias, lys, tulipe et renoncule –

Noyant mes sens, mon âme et ma raison,

Mêle dans une immense pâmoison

Le Souvenir avec le Crépuscule

 medium_crépuscule_2.jpg

et  avec  Francis Carco

« … La fraîcheur vive du boulevard pourri d’automne. Les larges feuilles de platanes dégringolent. C’est un écoulement imprévu et bizarre dans la lumière croisée des lampes à arc. Il tombe une petite pluie menue, serrée que le vent incline parfois sur les visages. La nuit est parfumée de l’odeur des feuillages gâtés : elle sent encore l’ambre, l’œillet, la poudre, le fard et la caoutchouc des imperméables….. »

medium_Platanes_de_Naurouze.jpg
(source photos internet)

08:35 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

25/10/2007

ESSENCES ET PARFUMS

La promenade  au gré des « essences et Parfums » se poursuit  dans les « arômes et les fumets »   des « sardines à l’huile » de Georges Fourest.

 

medium_100_4735.JPG

Dans leur cercueil de fer blanc

Plein d’huile au puant relent

Marinent décapités

Les petits corps argentés

Pareil aux guillotinés

Là-bas au champ des navets !

Elles ont vu les mers

Les côtes grises de Thulé,

Sous les brumes argentées

La Mer du Nord enchantée….

Maintenant dans  le fer-blanc

Et l’huile au puant relent

De toxiques restaurants

Les servent à leurs clients !

Mais loin derrière la nue

Leur pauvre  âmette ingénue

Dit sa muette chanson

Au paradis-des-poissons,

Une mer fraîche et lunaire

Pâle comme un poitrinaire,

La Mer de Sérénité

Aux longs reflets argentés

Où durant l’éternité

Sans plus craindre jamais

Les cormorans et les filets

Après leur mort nageront

Tous les bons petits poissons ! …

Sans voix, sans mains, sans genoux

Sardines, priez pour nous ! ….

medium_quiberonnaise.jpg

08:30 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

24/10/2007

ESSENCES ET PARFUMS

Et si aujourd’hui nous allions toujours avec Anny Duperey   dans « les sillages envoûtants »….

 

Avec Alphonse Daudet  dans le « Caravansérail »

« …… je ne peux pas me rappeler sans sourire le désenchantement que j’ai eu en mettant le pied pour la première fois  dans in caravansérail d’Algérie. Ce joli mot de caravansérail, que traverse comme un éblouissement tout l’Orient féerique des Mille et une Nuits, avait dressé dans mon imagination des enfilades de galeries découpées en ogive, des cours mauresques plantées de palmiers, où la fraîcheur d’un mince filet d’eau s’égrenait en gouttes mélancoliques sur des carreaux de faïence émaillée ; tout autour , des voyageurs en babouches, étendus sur des nattes, fumaient leurs pipes à l’ombre des terrasses, et de cette halte montait sous le grand soleil des caravanes une odeur lourde de musc, de cuir brûlé, d’essence de rose et de tabac doré …

medium_Numériser92.jpg

Les mots sont toujours plus poétiques que les choses. Au lieu du caravansérail que je m’imaginais, je trouvai une ancienne auberge  de l’Ile de France, l’auberge du grand chemin, station de rouliers, relais de poste, avec sa branche de houx, son banc de pierre à côté du portail et tout un monde de cours, de hangars, de granges, d’écuries.

Ou avec José Maria de Hérédia

 BRISE  MARINE

L’hiver a défleuri la lande et le courtil.

Tout est mort. Sur la roche uniformément grise

Où la lame sans fin de l’Atlantique brise,

Le pétale fané pend  au dernier pistil.

 

Et pourtant je ne sais  quel arôme subtil

Exhalé de la mer jusqu’à moi par la brise,

D’un effluve si tiède emplit mon cœur qu’il grise :

Ce souffle étrangement parfumé, d’où vient-il ?

 

Ah ! Je le reconnais.  C’est de trois mille lieues

Qu’il vient, de l’Ouest là-bas où les Antilles bleues

Se pâment sous l’ardeur de l’astre occidental :

 

Et j’ai, de ce récif battu du flot kymrique,

Respiré dans le vent qu’embauma l’air natal

La fleur jadis éclose au  jardin s’Amérique

 

 

08:25 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

23/10/2007

ESSENCES ET PARFUMS .....

Continuer la promenade avec Anny Duperey et partir à la recherche des  «  souffles du passé »   avec  Albert Cohen  et    « le livre de ma mère »

Ô mon passé, ma petite enfance, ô chambrette, coussins brodés de petits chats rassurants, vertueuses chromos, conforts et confitures, tisanes pâtes pectorales, arnica, papillon du gaz dans la cuisine, sirop dorgeat, antiques dentelles, odeurs, naphtalines, veilleuses de porcelaine, petites baisers du soir baisers de Maman qui me disait, après avoir bordé mon lit, que maintenant jallais faire mon petit voyage dans la lune avec mon ami un écureuil. Ô mon enfance, gelées de coings, bougies roses journaux illustrés du jeudi, ours en peluche, convalescences chéries, anniversaires, lettres du Nouvel An sur du papier à dentelures, dindes de Noël, fables de  La Fontaine idiotement récitées debout sur la table, bonbons à fleurettes, attentes des vacances, cerceaux, diabolos, petites mains sales, genoux écorchés et jarrachais la croûte toujours trop tôt, balançoires des foires, cirque Alexandre où elle me menait une fois par an et auquel je pensais des mois à lavance, cahiers neufs de la rentrée, sac décole en faux léopard, plumiers japonais, plumiers à plusieurs étages, plumes sergent-major, plumes baïonnette de Blanzy Poure, goûters de pain et de chocolat, noyaux dabricots thésaurisés, boite à herboriser, billes dagate, chansons de Maman, leçons quelle me faisait repasser le matin ; heures passées à la regarder cuisiner avec importance, enfance, petites paix, petits bonheurs, gâteaux de Maman, sourires de Maman, ô tout ce que je naurai plus, ô charmes, ô sons morts du passé, fumées enfuies et dissoutes saisons.

Les rives séloignent. Ma mort approche.

08:20 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique