logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/11/2007

LA NAISSANCE DU LOIRET ....

Le Loiret et son Conseil général ont plus de deux siècles. Une histoire ponctuée de lois qui ont peu a peu contribué à faire du Département une collectivité territoriale autonome.

1789-1790, la Constituante crée 83 départements 

En 1789, pour rompre avec l'organisation administrative de l'Ancien Régime, l'Assemblée Constituante décide de découper le territoire en départements. Les noms choisis sont tous issus du vocabulaire géographique. Le "département de l'Orléanais", comme le nommaient les Constituants lors de leurs débats, prend le nom de Loiret le 26 février 1790. D'abord gérés par des élus et un organe exécutif aux pouvoirs étendus, les départements retombent, dès 1793, dans le giron du pouvoir central. Sous le Consulat, une loi confère au préfet tout pouvoir de décision : le "Conseil général" n'est plus qu'un organe consultatif dont les 16 membres sont nommés par le Gouvernement.

medium_drapeaux_cg.jpg

La loi du 22 juin 1833 marque un certain retour à la décentralisation. Les conseillers généraux sont désormais élus, pour neuf ans, mais au suffrage censitaire (seuls peuvent voter les citoyens qui paient au moins 2 000 F d'impôts). 31 conseillers généraux siègent dans le Loiret.

Avec la loi du 10 août 1871, les Conseils généraux prennent le visage qu'ils conserveront jusqu'en 1982. Les conseillers généraux sont élus au suffrage universel, et les attributions des Assemblées départementales sont étendues.

Depuis 1958, avec l'adoption de la Constitution de la Ve République, les Départements sont des collectivités territoriales à part entière. Les lois de décentralisation (mars 1982, juillet 1983) leur ont conféré l'autonomie. De nombreuses compétences de l'Etat sont alors transférées aux Départements et leurs moyens sont étendus. En 1988, plusieurs autres textes complètent les lois de décentralisation.

Le nom du fleuve Loire étant largement utilisé, c'est son plus petit affluent, le Loiret, qui a donné son nom à notre département.

medium_31.jpg
medium_49.jpg

22/11/2007

MAIS QUI EST CE MONSIEUR ???

Né à Conflans-sur-Loing, non loin de Montargis, le 24 octobre 1803, Henry de Triqueti est initié très jeune à la peinture par Girodet, ami et voisin de la famille. Il fréquente à la fin des années 1820 l'atelier du peintre Louis Hersent. Remarqué au Salon de 1831 parmi les jeunes sculpteurs romantiques, il reçoit très vite des commandes officielles et se lie avec des familles princières dont la famille d'Orléans.

medium_TRIQUETI.jpg

En 1834, il se voit confier la réalisation des portes de bronze de l'église de La Madeleine, à Paris, chantier qu'il achève en 1841. L'opinion est alors unanime dans les éloges à l'artiste qui s'affirme comme l'un des sculpteurs officiels du règne de Louis-Philippe.

medium_Triqueti_Porte_église_de_la_Madeleine.jpg

Dans les années qui suivent, Triqueti exécute le gisant du duc Ferdinand d'Orléans en 1842 et collabore à la grande entreprise du tombeau de Napoléon aux Invalides.

medium_Triqueti_Cenotaphe_du_duc_d_Orléans_Chapelle.jpg

Blessé sur les barricades en 1848, il se convertit au protestantisme et se tourne vers l'Angleterre où une nouvelle carrière s'offre à lui. En effet, grâce à ses liens privilégiés avec la princesse Victoria, le sculpteur français est officiellement chargé, en 1864, de la décoration de la chapelle du Prince Albert à Windsor.

medium_Chapelle_du_prince_Albert_au_château_de_Windsor.jpg
Chapelle du prince Albert au château de Windsor

Pour ce travail, il utilise notamment la technique du tarsia de marbre, unique au monde, qui est une juxtaposition de plaques de marbre de couleurs différentes de manière à composer une mosaïque polychrome. Henry de Triqueti s'éteint, à Paris, le 11 mai 1874. Son talent raffiné et éclectique l'impose aujourd'hui comme l'un des plus grands sculpteurs du XIXe siècle.

medium_la_miséricorde_divine_accueillant_le_repentir_-_Riqueti.2.jpg
la miséricorde divine accueillant le repentir

Exposition Henry de Triqueti, "sculpteur des princes" Jusqu'au 6 janvier 2008 au Musée des Beaux Arts d'Orléans et musée Girodet de Montargis.

medium_Etude_pour_David_dicte_les_psaumes_1864.jpg
Etude pour "David dicte les psaumes" 1864
medium__Vase_des_Israélites_en_captivité_à_Babylone_Riqueti.jpg
Vase des Israélites en captivité à Babylone
(sources Reflets du Loiret - Conseil Général Loiret - Internet)

14/09/2007

QUAND LA LOIRE ETAIT NAVIGUEE - 3

 "IL ETAIT UNE FOIS SUR LA LOIRE"

Il était une fois, aux environs des années 1830, un bateau nouveau-né baptisé "inexplosible" en référence aux espoirs de sécurité qui reposaient sur lui. Il  navigua pour la toute première fois à la demande de la compagnie du même nom, sur la majestueuse "Dame Loire". En effet, la compagnie des inexplosibles s'était donnée pour mission d'acheminer les Orléanais , les Tourangeaux, les Nantais et les autres voyageurs sur toute la longueur du fleuve entre Nantes et Nevers. Le nouveau bateau faisait la fierté des villes traversées. La compagnie des Inexplosibles connut alors son apogée, suppléant aux bateaux précédents dont l'un explosa faisant six malheureuses victimes.

medium_Numériser0004.7.jpg
gravure d'époque -  journal Répub. du Centre

Au moyen d'une chaudière à basse pression pour le propulser, le bateau doté d'une longueur et d'une étroitesse encore inégalées, d'un faible tirant d'eau et surtout de solides roues à aubes connut un franc succès tout au long du fleuve royal. cependant les inexplosibles n'eurent qu'une courte gloire. Au grand dam de la Compagnie, le chemin de fer arriva une vingtaine d'années plus tard jusqu'aux abords proches de la vallée de la Loire : aux Aubrais pour Orléans, à Saint Pierre des Corps pour Tours. Et le train détrôna le bateau à vapeur qui ne pouvait excéder les 16 kilomètres heure à la descente. Ainsi, les inexplosibles n'eurent pas beaucoup d'enfants..... Enfin jusqu'à ce que des Orléanais du XXIème siècle ne décident d'en construire un .... pour le plaisir.

medium_100_3411.jpg

 LE RETOUR DE "L'INEXPLOSIBLE"

Au XIXème siècle, vingt et un inexplosibles ont été construits pour transporter des voyageurs sur la Loire, l'inexplosible version 2007 incarne une volonté de retour à la tradition ligérienne voulue par la ville d'Orléans et l'Agglo. 

medium_100_3409.jpg

"L'arrivée du bateau réplique d'une embarcation à vapeur typique du XIXème siècle, signe une nouvelle ère pour le dernier fleuve sauvage d'Europe. A travers le Grand projet Loire/Trame verte, l'agglo et la ville montrent leur volonté de renforcer l'attractivité de la Loire, aussi bien pour les habitants que pour le public de passage. Leur objectif est clair : créer une identité culturelle forte autour  de la Loire. Ainsi les Orléanais pourront retrouver cette magie d'autrefois qui appartenait aux quais d'Orléans. La  restauration des pavés anciens, le fleurissement des terrasses autour de la Loire, l'éclairage des rues piétonnes nous emmènent non plus vers un lieu, mais dans une époque que nous redécouvrons au fil des pas. Ainsi le décor d'antan sera replanté grâce à l'arrivée de l'inexplosible sur les eaux ligériennes...." 

medium_100_3420.jpg

 "L'inexplosible pourra fièrement trôner sur le fleuve royal, quai du châtelet à Orléans. L'endroit devrait devenir un lieu de convivialité incontournable puisqu'il abritera un bar à thème à vocation touristique et un centre d'interprétation sur la thème de la Loire"...... (la RC  du 28 Juillet 2007)

Son inauguration officielle aura lieu lors de l'ouverture du Festival de Loire prévue au 19 septembre 2007..... mais ce sera une autre histoire !!!!

(souces Reflets du Loiret - République du Centre - Photos perso) 

13/09/2007

QUAND LA LOIRE ETAIT NAVIGUEE - 2

"PARIS SUR LOIRE ! ".... Cette belle formule du célèbre géographe Elysée Reclus exprime bien le rôle florissant qu'à joué Orléans jusqu'au milieu du XIXème siècle. Un rôle qui s'effondra brusquement  dans les années 1850. 

 LE PORT D'ORLEANS ou PARIS SUR LOIRE !

Avant la mécanisation des moyens de transport malgrés ses caprices la Loire est la principale voie de pénétration vers l'intérieur. Grâce aux secteurs rectilignes de son cours orientés dans l'axe des vents océaniques, elle est préférée à la Seine aux méandres encaissés trop abrités des vents dominants.

medium_100_1450.jpg

Clef de voûte de la France centrale, Orléans est la plaque tournante de distribution et de transformation des produits destinés à Paris et aux provinces environnantes. Par la Haute-Loire descendent les fruits de Provence, les vins d'Auvergne et de Bourgogne, le savon de Marseille, les matières tinctoriales du Midi, les fers et la houille du Nivernais et du Bourdonnais, les huiles d'Italie, les épices de Malaisie, le coton du Levant, les toiles des Indes.... et remontent des articles de bonneterie, les sucres à destination de Turin et de Livourne..... Par la Basse-Loire remontent les sels de l'Océan, les sucres bruts des Antilles, le café, les vins et les ardoises d'Anjou, les laines d'Espagne, le fer, le cuivre et la quincaillerie d'Angleterre etc... et descendent le sucre raffiné pour la Bretagne et les mélasses pour la Hollande... à cause des hautes eaux irrégulières du fleuve, les marchandises peuvent affluer brusquement à des dates improvisées et doivent être entreposées avant d'être distribuées. Fin XVIIIème siècle 140 maisons de commerce assurent le rôle de commissionnaires entre les négociants des ports d'envoi et les marchands des lieux de consommation. Le commerce favorise une activité industrielle diversifiée, draperie, bonneterie, vinaigrerie, raffinage du sucre .....

AMENAGEMENT PORTUAIRE ET URBAIN.

Dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, de grands travaux modernisent la ville. Accroché sur la rive droite de la forteresse du Châtelet et appuyé sur une île de sable au milieu du lit fluvial, le pont médiéval est détruit.

medium_Numériser0005.6.jpg

Construit en belles pierres, le nouveau pont dit Royal, a des arches plates dont l'ouverture et la hauteur ont été calculées en fonction des grandes crues.

 

medium_000_0416.jpg

 

medium_100_1695.jpg

Afin de faciliter l'écoulement des hautes eaux, l'île médiane est rasée. Une ancienne petite digue surbmersible transversale, "le duit" est reconstruite pour concentrer sur la rive droite, le chenal navigable.

medium_100_3381.jpg

 

medium_100_3383.jpg

 

Celui-ci est fixé plus encore vers 1840 par une nouvelle digue parallèle entre Combleux et Orléans. Grâce à la démolition des anciens remparts et du Châtelet, la rive droite est équipée de spacieux quais de pierre, formant en amont du Pont Royal le port de la Poterne et en aval le port de Recouvrance.

medium_100_3356.jpg

Les bateaux font relâche sur la rive gauche. En 1845 un règlement préfectoral organise la vie portuaire et fixe par exemple la durée du stationnement des bâteaux à vingt jours pour le chargement et le déchargement. Au début du XIXème siècle, Orléans s'affirme comme la 20ème ville de France avec 46 000 habitants. 

medium_100_3332.jpg
medium_100_3350.jpg

BREVE  APOGEE ET CHUTE RAPIDE. 

La  compagnies des "Inexplosibles et des Paquebots" tentent dans les années 1830-1840 d'établir une navigation à vapeur mais doivent bientôt y renoncer en raison du régime et de la configuration du fleuve. Momentanément, grâce à l'arrivée du chemin de fer de Paris en 1843, Orléans est devenue triple tête de ligne à la fois pour les voies d'eau, de fer et de terre. En 1845, son trafic portuaire prospère avec quelque 11 000 bateaux, 150 000 passagers et 400 000 tonnes de marchandises.

medium_Numériser0002.7.jpg

Mais dès 1847, le prolongement du chemin de fer vers Tours et Bourges, la naviguation à vapeur sur la Seine, l'amélioration du réseau routier frappe durement la marine de Loire et ruinent la fonction commerciale et industrielle d'Orléans. A partir des années 1850, la Loire orléanaise est désertée et Orléans descend au rang de 21ème ville de France avec seulement 43 000 habitants. De 1892 à 1922, un groupe de pression, composé de 3 000 adhérents, surtout des industriels et négociants nantais, fait campagne avec son journal "la Loire navigable" pour la restauration de la navigation. Les résultats sont minces : prolongement sur six kilomètres du canal d'Orléans, depuis Combleux,

medium_canal_entre_St_Jean_de_Braye_et_Combleux.jpg
Photo internet

aménagement du chenal de Nantes sur 84 kilomètres. La Loire moyenne devient alors le domaine des seuls pêcheurs et sportifs... celui aussi de la tradition orale exprimée avec une verve pittoresque.

medium_100_3322.jpg

 

medium_100_3378.jpg

 

medium_100_3318.jpg

 

à suivre

(sources magazine Reflets du Loiret - Conseil Régional -  photos perso.)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique