logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/01/2008

L'AMOUR FAIT L'HISTOIRE .....

LES COURS D’AMOUR

Pour Lutter contre l’ennui dans les châteaux de l’époque féodale, quelques grandes dames cultivées avaient constitué des « cours d’amour ». Il s’agissait de juger des querelles entre amants et maîtresses, de débattre des problèmes amoureux, de répondre à des questions délicates, par exemple pour savoir « si l’amour est plus vif entre amants qu’entre époux », question souvent suivie de travaux pratiques…

medium_ELEONOR_DE_GUYENNE2.jpg

L’une de ces belles dames, Eléonore de Guyenne, avait vu son mariage avec le roi Louis VII solennellement rompu. L’inconduite conjugale d’Eléonore, y compris en Terre sainte, avait entraîné ce divorce prononcé lors d’une assemblée qui se tint à Beaugency en mars 1151 en présence du roi, de nombreux seigneurs et archevêques. Le flagrant délit d’adultère n’ayant pu être prouvé, louis VII prit prétexte de son degré de parenté avec la reine pour obtenir cette décision.

On prétend qu’en la circonstance, la reine tomba évanouie de son siège et fut frappée de stupeur. Les historiens ajoutent que la reine finit par admettre cette séparation de Beaugency, à condition qu’il lui fût permis de se remarier, l’Aquitaine et le Poitou demeurant sa propriété. Avec beaucoup d’imprudence, cette condition fut acceptée.

medium_ALIENOR3.jpg

Or deux mois plus tard après cette sentence de Beaugency, elle épousait le duc de Normandie, Henri Plantagenêt, futur roi d’Angleterre qui devint donc Duc de Guyenne et du poitou. C’était le père de Richard Cœur de Lion. Cette union fut très funeste pour la France. Eléonore était très jalouse. En 11752 elle empoisonna elle-même une de ses rivales au château de Woodstock  ce qui lui valut d’être emprisonnée  sur l’ordre de son époux.

medium_ALIENOR4.jpg

Après 16 ans de détention, l’ancienne gloire des cours d’amour de Beaugency et autres lieux se retira à l’abbaye  de Fontevrault . Elle mourut le 31 mars 1204 à plus de 80 ans ce qui tenterait à prouver que l’amour conserve.

(Sources l’almanach  de l’0rléanais – Gâtinais et Val de Loire)

 

30/01/2008

OU LES OEUFS ET LES ANE FONT BON MENAGE

LES OEUFS A  LA COUILLE D’ANE

Le paysan était un grand consommateur d’œufs. Il les préférait pondus de deux ou trois jours, par trop frais certes, mais cassés et battus dans une bolée de vin rouge. C’était le plat préféré de Raboliot, le vrai celui de Brinon sur Sauldre qui inspira Maurice Genevoix.

On pouvait corser un peu cette préparation en ajoutant une lichette de gnole. Pour les enfants en bas âge ou malingres, le vin était remplacé par du lait sucré qu’on appelait lait de poule.

Après une dure journée de labeur, les paysans fourbus, pour se rafraîchir, gobaient un oeuf. D’autres le battaient dans leur assiette en ajoutant des fines herbes, du sel, du poivre et ils trempaient du pain.

Au matin d’une noce on gobait un œuf pour s’éclaircir la voix et ainsi pousser au mieux la chansonnette et cela avait le gros avantage d’aider à supporter  un surplus de boisson.

Un des plats traditionnels du paysan solognot et surtout berrichon, était l’œuf à la couille d’âne. Cela consistait à jeter l’œuf dans une casserole de vin bouillant, il fallait ensuite le faire pocher trois minutes et le retirer avec une écumoire.

Etait-ce l’apparence qui ...

(Sources almanach de l’Orléanais, Gâtinais et val de Loire)

11/12/2007

LA MOUTARDE ME MONTE AU NEZ ....

DEPUIS 1797, MÊME ADRESSE, MÊME RECETTE ET MÊME FAMILLE.....

Cela fait plus de 200 ans que la maison orléanaise MARTIN POURET produit du vinaigre, qui s'exporte aujourd'hui dans le monde entier.

En se promenant aux alentours du numéro 236 du Faubourg Bannier, le nez averti reconnaîtra peut-être l'odeur caractéristique du vinaigre et pas n'importe quel vinaigre, celui que la maison MARTIN POURET produit dans ces bâtiments depuis 1797.

medium_000_0612.jpg

Fruit d'un savoir-faire unique qui a d'ailleurs pris le nom de "procédé d'Orléans", ce vinaigre se décline aujourd'hui en gamme variée et originale. Aux traditionels vinaigres de vin rouge et blanc s'ajoutent désormais des saveurs coquelicots sauvages, cidre au miel ou jus d'agrumes.

medium_000_0609.jpg

A l'étage du bâtiment, les vins de la vallée de la Loire et de la région bordelaise reposent dans des milliers de tonneaux de bois. Ce produit fragile fermente. Un voile se développe à la surface du liquide : l'alcool devient acide acétique et donne le vinaigre. On descend ensuite à la cave par l'escalier bordeaux qui a vu défiler sur ses marches plusieurs générations de vinaigriers. Elle héberge de grands fûts dans lesquels le vinaigre sommeille au moins un an. La réputation du vinaigre d'Orléans dépasse largement les frontières de la région. Environ 20% de la production part pour l'étranger.

medium_100_4957.JPG

La maison MARTIN POURET produit aussi de la moutarde à base de vinaigre d'Orléans et de Sel de Guérande broyé à la meule de pierre, selon une recette de 1580. Elle se décline en différentes spécialités :

medium_100_4940.JPG

- la moutarde onctueuse

- la moutarde aux épices des Indes

- la moutarde du Dimanche

 LE VINAIGRE : PRODUIT DE CUISINE, DE BEAUTE.... ET DE MENAGE.

Le vinaigre n'a pas que des vertus en cuisine. Il s'avère aussi précieux dans la salle de bain. Pour se destresser, il est conseillé de verser une demi-tasse de vinaigre dans l'eau du bain et de s'y relaxer une vingtaine de minutes. Il est aussi souvent utilisé contre les inflammations, les entorses et les crampes. Pour cela , il faut verser du vinaigre sur une serviette humide et frotter la zone douloureuse. Enfin, masser le cuir chevelu avec du vinaigre favoriserait la disparition des pellicules. Autre célèbre astuce pour faire briller les cheveux, en ajouter à l'eau de rinçage. Contre le rhume, il est l'un des ingrédiens d'une recette traditionnelle de sirop : une demi-tasse de vinaigre de cidre, une demi-tasse d'eau, une petite cuillerée de poivre et 3 cuillerées à café de miel. Pour faire briller la maison encore du vinaigre ! Les taches qui parsèment le micro-ondes s'enlèveront facilement en laissant chauffer à l'intérieur un mélange d'eau et de vinaigre. Il sera également utile pour déboucher un évier, versé après une tasse de bicarbonate de soude. Le vinaigre peut servir à nettoyer les vitres. En plus étonnant , le vinaigre peut remplacer l'adoucissant pour le linge. Il suffit de le placer dans l'espace réservé à l'adoucissant. En prime il tiendra lieu d'anticalcaire pour votre machine à laver.

 (sources Journal la République du Centre - Aout 2006 et SITE MARTIN POURET  .Photos réserve personnelle)

29/11/2007

FEMMES ET HOMMES CELEBRES DU LOIRET

Louis Gallouédec, un géographe au Conseil général

medium_GALLOUEDEC.jpg

Président du Conseil général du Loiret en 1925 puis de 1934 à 1936, Louis Gallouédec fut aussi un pédagogue reconnu et un pionnier de l'enseignement de la géographie. Des générations de potaches ont planché sur ses nombreux manuels.

L'ascension par l'école. "Vous avez fait de la géographie une discipline vivante...". C'est par ces mots qu'en 1934, le président du Conseil général Marcel Donon rendait hommage à Louis Gallouédec en lui remettant sa Cravate de Commandeur de la Légion d'honneur. Né en 1874 à Morlaix, Louis Gallouédec était fils de cheminot. Ses aptitudes scolaires lui permettent d'entrer en 1885 à l'Ecole Normale de la rue d'Ulm et d'obtenir l'agrégation d'histoire géographie. Nommé au lycée Pothier d'Orléans, il a Charles Péguy comme élève. Les liens du mariage achèvent de le fixer dans le Loiret en 1890.

Mais son talent de pédagogue ne s'exprime pas seulement dans les salles de classe du lycée orléanais. Homme de plume, il parvient à collaborer à plusieurs revues spécialisées. Il rédige aussi des manuels scolaires de géographie, modèles de vulgarisation, qui lui attirent une immédiate renommée. Dès 1913, il est directeur de toute la collection des ouvrages de géographie aux prestigieuses éditions Hachette. Des générations de potaches vont plancher sur ses livres dont son atlas, réédité jusqu'en 1960, soit 23 ans après sa mort.

En bon géographe, sa curiosité se porte sur son environnement immédiat. La Loire lui offre un terrain d'étude propice, et l'occasion de produire son grand ouvrage de synthèse : La Loire, étude de fleuve, en 1910. Cet intérêt pour son pays d'adoption ira de pair avec le souci logique de sa gestion et le conduit à entrer en politique. Dreyfusard à une époque où cela n'a rien d'évident, laïc convaincu, il participe à la fondation de la section du Loiret de la ligue des Droits de l'Homme. Il reçoit son premier mandat à Saint-Jean-de-Braye où il réside. Conseiller municipal, il devient conseiller général en 1907 grâce à 25 voix d'avance et le restera jusqu'à sa disparition.

Un destin républicain. En 1911, Louis Gallouedec devient inspecteur général de l'inspection publique, puis maire de Saint-Jean-de-Braye en 1912. Il préside le Conseil général en 1925, par intérim et de 1934 à 1936. Jean Zay, alors ministre de l'éducation nationale, dira à son propos lors de ses obsèques en 1937 : "Bien que ne partageant pas les opinions politiques de Mr Gallouedec, nous reconnaissons que celui-ci était une personnalité, et qu'il a honoré grandement notre département".

Louis Gallouédec en 6 dates
17 février 1854 : Naissance à Morlaix
1888 : agrégé d'histoire et de géographie
1907 : entre au Conseil général du Loiret
1912 : maire de Saint-Jean-de-Braye
1925 : président du Conseil général du Loiret
23 janvier 1937 : décès à Saint-Jean-de-Braye

 (sources reflets du Loiret - Conseil général)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique