logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/02/2007

LES COUPLES MYTIQUES - 1

medium_astaire-rogers.jpg

Considéré comme le meilleur danseur au cinéma de tous les temps, Fred Astaire a dansé l'amour aux côtés de Ginger Rogers dans une douzaine de films
medium_bacall-bogart.jpg

Lauren Baccall et Humphrey Bogart étaient magnifiques dans le Port de l'angoisse, film qui marquait leur rencontre. Ils resteront ensemble jusqu'à ce que la mort enporte Borgart en 1957.
medium_bogart-bergman.jpg

Couple immortel, Ingrid Bergman et Humphrey Bogart sont les meilleurs atouts du film Casablanca, souvent considéré comme le plus grand film d'amour de tous les temps.
medium_dean-wood.jpg

C'est dans la fureur de vivre que le public a pu assister à la naissance d'un couple mythique du cinéma l les étoiles filantes Nathalie Wood et James Dean
medium_gabin-morgan.jpg

"t'as de beaux yeux tu sais" susurrait Jean Gabin à l'adresse de Michèle Morgan dans Quai des brumes. Une scène romantique inoubliable

A SUIVRE

(sources LINTERNAUTE)

10:10 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

05/12/2006

VOUS SOUVENEZ-VOUS

Claude JADE

medium_jade_claude03.jpg

Claude Jade, née Claude Marcelle Jorré, le 8 octobre 1948 à Dijon et décédée le 1 décembre 2006 à l'hôpital Ambroise-Paré de Boulogne-Billancourt, est une actrice française. Élève du Conservatoire d'art dramatique à Dijon, elle obtient en 1966 le « Prix de Comédie ». Elle part à Paris et devient une élève de Jean-Laurent Cochet. Elle fait ses premiers pas à la télévision entre autres dans le feuilleton Les oiseaux rares de Jean Dewever. Au Théâtre Moderne elle interprète chez Sacha Pitoëff le rôle de Frida dans Henri IV de Luigi Pirandello.
medium_antoineetchristine.jpg

François Truffaut l'y découvre et lui propose le rôle de Christine Darbon dans Baisers volés. Le film rend Claude Jade (en partenaire d'Antoine Doinel alias Jean-Pierre Léaud) célèbre et est au départ de l'amour entre l'actrice et le cinéaste. Christine est tour à tour celle que courtise Antoine Doinel dans Baisers volés,
medium_aff01p.jpg

puis celle avec qui il se marie dans Domicile conjugal et celle dont il se sépare dans L'amour en fuite. Truffaut à qui elle doit le surnom de "petite fiancée du cinéma français" songe à l'épouser, mais revient sur sa décision au dernier moment.
medium_livret.jpg

Claude Jade tourne avec Alfred Hitchcock pour L'Étau. Elle incarne Michèle Picard, la fille d'un agent secret, jeune mariée avec un journaliste. Édouard Molinaro l'engage pour le rôle de Manette, la délicieuse fiancée de Jacques Brel dans Mon oncle Benjamin.
medium_mon_oncle_benjamin_claude_jade_jacques_brel.jpg

Avec son départ elle jouait les "jeunes femmes sages", mais quelquefois la garce : Dans Le Bateau sur l'herbe elle est Eléonore, une jeune fille "odieuse" entre deux amis; et Le Malin plaisir la ravissante Julie, une jolie femme sans scrupule. Elle tourne également avec des grands réalisateurs comme Denys de La Patellière (en partenaire de Robert Hossein dans Prêtres interdits) et Jean-Pierre Mocky (une lesbienne aux côtés de Michel Serrault dans Bonsoir).
medium_180px-claude_jade_michel_subor_topas_topaz_alfred_hitchcock.jpg

Dans Le Témoin, Home sweet Home et Le Choix Claude Jade apprécie le cinéma belge. Elle tourne aussi trois films en Italie, avec Kei Kumai au Japon, en Allemagne et - entre autres - avec Serguei Youtkhevitch à Moscou en URSS. Dans les années 80 dans des rôles très ambigus (Téhéran 43, L'homme qui n'était pas là), dans les années 90 très amusants (Tableau d'honneur, Bonsoir)
Au théâtre elle travaille avec des metteurs en scène comme Jean Meyer (dans 5 pièces au Théâtre des Célestins à Lyon), Sacha Pitoëff, Julien Bertheau, Raymond Gérôme, Jacques Mauclair, Idriss, Jacques Rampal...
medium_22503530_l.jpg

Claude Jade tourne beaucoup pour la télévision et obtient une grande popularité avec le feuilleton L'Île aux trente cercueils (1979). De 1998 à 2000 elle est l'héroine du feuilleton Cap des Pins. En 2000 elle obtient le « New Wave Award » à West Palm Beach pour son rôle Trend setting dans le cinéma mondial. En 1998 elle est nommée Chevalier de la légion d'honneur.
medium_dvd.jpg

Dans son autobiographie intitulée Baisers envolés publiée en mars 2004, elle raconte ses rencontres avec Truffaut, Hitchcock, Molinaro, Brel ou Mocky. "Ce n'est finalement pas mal pour une jeune provinciale qui ne rêvait que de théâtre !", écrit-elle.
Après avoir souffert d'un cancer de la rétine (retinoblastoma), elle meurt le 1er décembre 2006 des suites de métastases hépatique à l'âge de 58 ans. Ses obsèques ont lieu le 5 décembre à 15 heures en l'église réformée de l'Oratoire du Louvre, rue Saint-Honoré, à Paris.
medium_jade_claude.jpg

09:35 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

12/09/2006

SISSI ? NON ROMY !

medium_romy.jpg

ROMY SCHNEIDER
Actrice née à Vienne (Autriche) le 23 septembre 1938 décédée à Paris le 28 mai 1982 Fille de l'actrice Magda Schneider et de l'acteur autrichien Wolfgang Albac, de son vrai nom Rosemarie Magdalena Albach-Retty..
Elle paraît à l'écran en 1953 dans « Lilas blancs ». Magda Schneider a besoin de quelqu'un pour interpréter sa fille et pense tout naturellement à sa propre fille qui à partir de ce film est remarquée par certains réalisateurs. Dès 1953, Magda décide donc de prendre en charge la carrière naissante de sa fille, qui prend définitivement le pseudonyme de Romy Schneider. Magda imposera ainsi souvent aux réalisateurs de toujours jouer avec sa fille, et interdira à Romy de signer le contrat que Kirk Douglas lui propose en 1957. La jeune femme se rebelle alors et décide de choisir dorénavant les rôles qu'elle interprétera. Elle reste cantonnée, pendant sept ans, dans des rôles d'impératrice capricieuse, de jeune femme romantique ou d'ingénue. Elle devient célèbre en interprétant la princesse Elizabeth d'Autriche dans la série des « Sissi ».
medium_phto_20sisi.jpg

En 1956, elle fréquente brièvement le triple champion du monde de ski alpin Toni Sailer. Entre 1956 et 1957, elle entretient une relation avec l'acteur Horst Buchholz, mais tous deux finiront par s'éloigner. En 1958, sur le tournage de Christine, Romy rencontre le jeune et séduisant Alain Delon. Ils tombent amoureux l'un de l'autre et célèbrent leurs fiançailles officielles le 22 mars 1959 devant la presse internationale. Romy part alors s'installer avec lui à Paris.
medium_christin.jpg

Sa rencontre avec Luchino Visconti est déterminante. Ce dernier lui apprend le métier théâtral, et lui propose un rôle dans sa mise en scène du drame de John Ford, « Dommage qu'elle soit une putain » (1961), aux côtés d'Alain Delon, l'arrachant au stéréotype de Sissi. En 1963 elle reçoit l'Etoile de Cristal de l'Académie du Cinéma pour sa prestation dans Le Procès. La Columbia lui offre alors un contrat de sept ans, et Romy s'installe temporairement aux États-Unis. En 1963, Après cinq ans de passion orageuse, Alain Delon quitte sa fiancée pour Nathalie Barthélemy, enceinte de leur fils Anthony.
medium_les_20choses_20de_20la_20vie.jpg

Romy obtient la Victoire du Cinéma Français, récompensant la meilleure actrice étrangère de l'année en juin 1964. Le 1er avril 1965, à l'occasion de l'inauguration du restaurant Blatzheim à l'Europa-Center de Berlin-Ouest, elle rencontre l'acteur et metteur en scène de théâtre berlinois Harry Meyen, d'origine juive. Alors que Romy est déjà enceinte de cinq mois, tous deux se marient le 15 juillet 1966 à Saint-Jean-Cap-Ferrat et s'installent ensemble à Berlin-Grunewald. Le 3 décembre, elle donne naissance à son premier enfant, David Christopher .
medium_une_20histoire_20simple.jpg

Claude Sautet fait tourner Romy Schneider dans « Les choses de la vie » (1969), film qui vaut à l'actrice un véritable triomphe personnel, et dans « Une histoire simple », en 1978.. Elle a tourné avec les plus grands : Welles, Preminger, Costa-Gavras, Chabrol, Tavernier ou Zulawski, qui la fait jouer dans le bouleversant « L'important, c'est d'aimer » (1974). A force d'énergie et de conscience professionnelle, Romy Schneider est une actrice qui a forgé son propre destin, passant du statut de produit insipide à celui de grande vedette du cinéma européen. Après son divorce en 1975 elle épouse son secrétaire Daniel Biasini et met au monde Sarah Magdalena Biasini le 21 juillet 1977 à Gassin, dans le Var
Après avoir demandé le divorce en février 1981, elle subit l'ablation d'un rein, puis rencontre Laurent Petin, producteur célibataire plus jeune qu'elle, avec lequel elle passera les derniers mois de sa vie
medium_la_20passante_20du_20sans_20souci.jpg

Le 5 juillet 1981, son fils David meurt brutalement dans un accident tragique, à l’âge de quatorze ans . Anéantie et détruite, Romy tente de noyer son chagrin dans l'alcool. Le 29 mai 1982, Romy Schneider est retrouvée morte dans son appartement de Paris. Elle sera enterrée le 2 juin 1982 au cimetière de Boissy-sans-Avoir, auprès de son fils chéri.
medium_romy_20acceuil.jpg

Durant sa carrière, Romy Schneider remporta deux Césars de la meilleure actrice : le premier en 1974 pour L'Important c'est d'aimer d'Andrzej Zulawski et le second en 1978 pour Une histoire simple de Claude Sautet
Sa filmographie est impressionnante avec des films hors du commun
1953 : Lilas blancs de Hans Deppe
1953 : Feu d'artifice (Feuerwerk) de Kurt Hoffmann
1954 : Les Jeunes Années d'une reine d'Ernst Marischka
1955 : Mam'zelle Cri-Cri d'Ernst Marischka
1955 : Mon premier amour de Harald Braun
1955 : Sissi d'Ernst Marischka
1956 : Kitty d'Alfred Weidenmann
1956 : Sissi impératrice d'Ernst Marischka
1956 : Un petit coin de paradis de Josef von Báky
1957 : Monpti de Helmut Kaütner
1957 : Sissi face à son destin d'Ernst Marischka
1958 : Eva ou le carnet d'une jeune fille de Rolf Thiele
1958 : Mademoiselle Scampolo d'Alfred Weidenmann
1958 : Jeunes filles en uniformes de Géza von Radványi
1958 : Christine de Pierre Gaspard-Huit
1959 : Mademoiselle Ange de Géza von Radványi
1959 : La Belle et l'empereur d'Axel von Ambesser
1959 : Une jeune fille un seul amour de Robert Siodmak
1961 : Boccace 70 de Luchino Visconti
1961 : Le Combat dans l'île d'Alain Cavalier
1962 : Le Procès d'Orson Welles
1962 : L'Amour à la mer de Guy Gilles
1962 : Les Vainqueurs de Carl Foreman
1963 : Le Cardinal d'Otto Preminger
1964 : L'Enfer de Henri-Georges Clouzot
1964 : Prête-moi ton mari de David Swift
1965 : Quoi de neuf, Pussycat ? de Clive Donner
1966 : La Voleuse de Jean Chapot
1965 : Dix heures et demie du soir en été de Jules Dassin
1966 : La Fantastique Histoire vraie d'Eddie Chapman de Terence Young
1968 : Otley de Dick Clement
1968 : La Piscine de Jacques Deray
1970 : La Califfa d'Alberto Bevilacqua
1970 : Les Choses de la vie de Claude Sautet
1970 : My lover, my son de John Newland
1970 : Qui ? de Léonard Keigel
1971 : Max et les ferrailleurs de Claude Sautet
1971 : Bloomfield (Bloomfield) de Richard Harris
1971 : L'Assassinat de Trotskyde Joseph Losey
1972 : César et Rosalie de Claude Sautet

1972 : Ludwig ou le crépuscule des dieux de Luchino Visconti
1973 : Le Train (1973) de Pierre Granier-Deferre
1973 : Le Mouton enragé de Michel Deville
1974 : Un amour de pluie de Jean-Claude Brialy
1974 : Le Trio infernal de Francis Girod
1974 : L'Important c'est d'aimer d'Andrzej Zulawski
1974 : Les Innocents aux mains sales de Claude Chabrol
1975 : Le Vieux Fusil de Robert Enrico
1976 : Mado de Claude Sautet
1976 : Une femme à sa fenêtre de
Pierre Granier-Deferre

1977 : Portrait de groupe avec dame d'Aleksandar Petrovic
1978 : Une histoire simple de Claude Sautet
1979 : Bloodline de Terence Young
1979 : Clair de femme de Costa-Gavras
1979 : La Mort en direct de Bertrand Tavernier
1980 : La Banquière de Francis Girod
1981 : Fantôme d'amour (Fantasma d'amore) de Dino Risi
1981 : Garde à vue de Claude Miller
1982 : La Passante du Sans-Souci de Jacques Rouffio

medium_l_important_20c_est_20d_aimer.jpg


(Sources internet)

09:35 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

31/07/2006

AU CINEMA CE SOIR

JEANNE MOREAU
une artiste de très grand talent pour qui j'ai beaucoup d'admiration. C'est une STAR

Actrice et réalisatrice française
Née à Paris le 23 janvier 1928

medium_moreau05.jpg

Sa mère d'origine anglaise était danseuse et son père hôtelier. Après avoir passé une partie de son enfance à Vichy, elle achève ses études secondaires à Paris et débute au théâtre en suivant les cours d'art dramatique de Denis Inès au Conservatoire. Elle fait ses premiers pas sur les planches dans La terrasse de midi, au Festival d'Avignon de 1947. Elle entre alors à la Comédie Française dont elle démissionne pour suivre Jean Vilar au TNP. Elle y joue notamment aux côtés de Gérard Philippe dans Le Cid et Le Prince de Hombourg. Elle débute réellement fin 1950 dans la pièce Les Caves du Vatican d'André Gide (mise en scène de Jean Meyer), dans le rôle de la petite prostituée. Ce rôle lui vaut la couverture de Paris Match et les félicitations de Paul Léautaud. Elle se produit au Festival d'Avignon, mais elle y est mal à l'aise et accepte, sur le conseil de Gérard Philipe, la proposition du Théâtre-Antoine pour jouer dans la pièce L'Heure éblouissante d'Anna Bonacci (mise en scène de Fernand Ledoux), un rôle, encore une fois, de prostituée. Lors de cette pièce elle rencontre Blaise Cendrars.
medium_18429425.jpg

Mais ce n'est qu'au cinéma qu'elle se révèle au public. Elle obtient des petits rôles tout d'abord, comme dans Touchez pas au grisbi (1953). En 1956, alors qu'elle joue dans la pièce La Chatte sur un toit brûlant, elle rencontre Louis Malle, qui prépare le film Ascenseur pour l'échafaud (1957). Elle tournera dans Les Amants (1958). En 1958, lors du Festival de Cannes, elle rencontre François Truffaut qui prépare le film Jules et Jim et Henri-Pierre Roché, l'auteur, qui meurt peu après. Elle éblouit le Festival de Cannes en 1960 pour son interprétation dans Moderato Cantabile de Peter Brook, pour lequel elle obtient le prix d'interprétation féminine, avant de tourner sous la direction François Truffaut pour Jules et Jim (1961).
medium_moreau01.jpg

grâce auquel elle se voit décerner le British Academy Award de la meilleure actrice étrangère. Suite au succès du film,. elle rencontre Anaïs Nin qui veut Jeanne Moreau pour incarner son héroïne. Le film ne se fait pas mais une solide amitié est née. La mariée était en noir (1967), Joseph Losey pour Eva (1961), Monsieur Klein (1975) et La Truite (1975), Orson Welles pour Le Procès (1962) et Falstaff (1965), ou encore Luis Buñuel pour Le Journal d'une femme de chambre (1963). Tous ces metteurs en scène sont conquis par son professionnalisme et sa force de caractère. Orson Welles a même déclaré : "c'est la meilleure actrice du monde. Elle s'illustre également dans Les Liaisons dangereuses de Roger Vadim (1959), La Nuit de Michelangelo Antonioni (1960), Le Train de John Frankenheimer (1963), et dans la comédie-western de Louis Malle, Viva Maria (1965) où elle joue aux côtés de Brigitte Bardot.
medium_18455654.jpg

A partir des années 1970, des réalisateurs d'horizon très variés s'intéressent à elle. Elle tourne ainsi dans Les Valseuses de Bertrand Blier (1973), Le Dernier Nabab d' Elia Kazan (1976), Le Miraculé de Jean-Pierre Mocky (1986) et La Vieille qui marchait dans la mer de Laurent Heynemann (1991) qui lui vaut le César de la meilleure actrice. Elle a aussi joué dans I love you, I love you not avec Claire Danes et Jude Law, et dans «Monte Walsh» avec Lee Marvin.
En 1949, elle épouse le metteur en scène et comédien Jean-Louis Richard, dont elle aura un fils, puis le réalisateur américain William Friedkin en 1977. Ce deuxième mariage ne durera que deux ans.
Lors d’un séjour en Californie Anaïs Nin lui présente Henry Miller qui lui dit un jour : « Surtout, ne dites jamais aux gens avec qui vous travaillez que nous sommes amis, votre réputation serait fichue ». Elle se lie aussi d'amitié avec Tennessee Williams et Peter Brook. Alors qu'elle joue dans la pièce La Chevauchée sur le lac de Constance avec Delphine Seyrig, Sami Frey, Michael Lonsdale et Gérard Depardieu, elle rencontre Patricia Highsmith, qui vivait près de Fontainebleau, et avec laquelle, elle se lie d'amitié.
medium_cetamourlagalerie2.jpg

Dans les années 80, parallèlement à sa carrière au cinéma, Jeanne Moreau se consacre à la musique et à la télévision. Elle y apparaît dans des téléfilms et présente des émissions sur la peinture. Puis dans les années 90, elle s'investit dans le théâtre en tant qu'actrice et réalisatrice. En 1998, elle reçoit des mains de Sharon Stone un oscar pour l'ensemble de sa carrière. En 2003, elle reçoit un hommage au Festival de Cannes.
Elle cumule par ailleurs les titres : présidente du Festival de Cannes, officier de la Légion d'honneur, présidente du Festival de New Delhi... . Ses talents d'actrice vont de pair avec ceux de scénariste, elle a d'ailleurs réalisé quelques longs métrages dont L'Adolescente en 1979 Nominée pour l'Ours d'or du meilleur film au Festival de Berlin, Le Portrait de Lillian Gish (film documentaire)... Les récompenses ne cessant d'abonder, elle reçoit même l'hommage de l'Académie des Oscars.
medium_port.jpg


SES CITATIONS
- J'aimerais avoir une maison avec une chambre pour chaque homme que j'ai aimé.
- Le point commun entre tous les hommes que j'ai aimés ? Moi !
- Ce qui compte, c'est d'être ému comme les personnages ; ne pas être ému par les personnages. La sentimentalité est à rayer du vocabulaire de l'acteur.
- L'art de l'acteur doit faire accéder à un stade supérieur de la sensation et ce, en allant parfois au-delà du réalisme jusqu'à l'ascèse. Cité dans le Petit dictionnaire du théâtre
- La liberté, c'est de pouvoir choisir celui dont on sera l'esclave.
- L'amour, c'est comme le potage : les premières cuillerées sont trop chaudes, les dernières sont trop froides.
- L'âge ne vous protège pas des dangers de l'amour. Mais l'amour, dans une certaine mesure, vous protège des dangers de l'âge.

AUTRES PRIX ET RECOMPENSES
- 1987 : Nominée pour le César du meilleur second rôle féminin (Le Paltoquet)
- 1988 : Nominée pour le César de la meilleure actrice (Le Miraculé)
- 1991 : Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière au Festival de Venise
- 1995 : César d'honneur
- 1998 : Oscar pour l'ensemble de sa carrière au Festival de Los Angeles
- 2000 : Ours d'or d'honneur au Festival de Berlin
.


.

10:50 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique