logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/12/2011

MEMOIRE D'HISTOIRE ... DEVOIR DE MEMOIRE ...

Ce mercredi 30 Novembre 2011, FR3  Centre diffusait, malheureusement très tard (à minuit), un documentaire sur Jean Zay intitulé "Jean Zay, un crime français". Ministre de l’Education Nationale de Léon Blum, il a  a été, en 1940, le premier condamné politique du régime de Pétain à une peine qui vise à rappeler celle de Dreyfus : dégradation militaire et déportation à vie. En 1941 sa peine est muée par le gouvernement de Vichy en internement en métropole. Incarcéré pendant trois ans et demi à la maison d’arrêt de Riom, il est assassiné par la milice le 20 juin 1944 à Molles dans l'Allier.

La mémoire de cet homme, au destin tragiquement brisé, sera refoulée, tronquée, amenuisée. Son exécution illustre les mensonges, contre-mensonges, oublis volontaires ou involontaires quand il s’agit de Vichy et de son rôle.

Mais se souvient-on bien  qui était Jean ZAY, cet homme hors du commun à l'itinéraire dense, fulgurant et tragique,  devenu au fil du temps une figure de légende pour les Orléanais.

jean Zay.jpg

 Jean Zay  est né à  Orléans dans le Loiret le 6 Août 1904 d'un père juif  alsacien dont les parents avaient choisi la France en 1871, directeur du journal radical-socialiste Le Progrès du Loiret, et d'une mère protestante  de la Beauce, institutrice. Il poursuit ses études au Lycée Pothier où il rencontre René Berthelot , futur directeur du Conservatoire National de musique d'Orléans, qui deviendra son meilleur ami. Il s'engage très tôt en politique.  Dès ses études secondaires, il adhère aux Jeunesses laïques et républicaines, puis, à sa majorité (21 ans) s'inscrit au Parti radical.  Il fréquente les cercles républicains, devient membre de la  ligue des Droits de l'homme , responsable de la ligue de l'enseignement  et se fait initier à la  loge maçonnique Etienne Dolet en 1926.

En 1932 à 27 ans, il est élu député du Loiret (radical-socialiste).  Il est alors le plus jeune député de France. En 1936,  il  est  le nommé sous-secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil. Quelques mois plus tard, il est réélu et devient, à 32 ans, le 4 juin 1936, membre du gouvernement du Front Populaire   comme Ministre de l'Education nationale  et des Beaux-Arts jusqu'à sa démission le 2 septembre 1939  pour rejoindre l'armée combattante. En mars 1937, il avait été élu conseiller général du  canton d'Orléans-Nord-Est.

Partisan de l'école unique et de l'égalité des chances pour tous, il instaure la scolarité obligatoire jusqu'à 14 ans, l'harmonisation des programmes et le rapprochement des filières. L'orientation se fait selon les goûts des élèves, les effectifs sont réduits, l'éducation physique devient obligatoire et l'après-midi de plein air est créée. Par deux circulaires, Jean Zay s'inscrit contre les propagandes politiques et religieuses à l'école. Son action dans le domaine culturel et scientifique est tout aussi novatrice : aide à la création du CNRS, démocratisation des musées, politique de la lecture et défense d'un droit d'auteur, projet de statut du cinéma et d'un festival de Cannes...

Mobilisé à Bordeaux, il quitte son régiment pour assister le 19 Juin 1940  à la dernière session du Parlement qui s'est replié avec le Gouvernement dans cette ville .....

 Le documentaire,  qu'on peut revoir  sur http://centre.france3.fr/info/jean-zay-un-crime-francais-en-vod-71293315.html?onglet=videos  retrace la suite des évènements menant à l'assassinat de Jean Zay par les miliciens. 

(sources wikipédia -  site internet de la ville d'Orléans - FR3 CENTRE) 

07:59 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

Merveilleuse Annie, Merci à toi pour cette note si bien exposée. Oui ces institutions, et notamment l'école, ne sont pas arrivées à ce niveau de compétence, de justice et de partage par un simple coup de baguette magique.

Des hommes, de simples hommes, avec leur coeur, leur intelligence, l'ont faite de savoir à partager cette école. Actuellement, tout est mis en oeuvre pour le saccage, planifié avec fourberie et suffisamment de dissimulation pour que chacun finisse par admettre que cette école-là n'est pas bonne.

Tu as raison, souvenons-nous de ces Grands Hommes, eux, des vrais qui ont oeuvré pour tous les hommes, pas seulement pour une poignée de gros voraces.

Merci à toi Annie pour ce moment de considération.

Je t'embrasse. Monique

Écrit par : monique | 02/12/2011

Ta note est très riche d'enseignements.
Comme dit Monique tout est fait à l'heure actuelle pour casser cette école, malheureusemet c'est en train d'arriver.
En plus nos enfants n'apprendront bientôt plus l'Histoire de notre pays, Jean Zay et bien d'autres risquent bien d'être complètement oubliés ... assassinés une seconde fois et toujours par les mêmes !
Bises et j'espère que tu es en bonne forme "complètement réparée" !

Écrit par : Biche | 02/12/2011

Ta note est très riche d'enseignements.
Comme dit Monique tout est fait à l'heure actuelle pour casser cette école, malheureusemet c'est en train d'arriver.
En plus nos enfants n'apprendront bientôt plus l'Histoire de notre pays, Jean Zay et bien d'autres risquent bien d'être complètement oubliés ... assassinés une seconde fois et toujours par les mêmes !
Bises et j'espère que tu es en bonne forme "complètement réparée" !

Écrit par : Biche | 02/12/2011

Tres belle note Maminie
N'oublions jamais ces hommes
Bises Brigitte

Écrit par : fleurbleu | 02/12/2011

Coucou Annie !
Une histoire comme bien d'autres oubliée dans les livres .
Bon vendredi et gros bizoux !
Françoise ...

Écrit par : françoise la comtoise | 02/12/2011

je m'arrete reglièrement sur la tombe de Jean Zay quand je vais au cimetière d'orléans, elle est sur le rond point de la croix centrale du cimetière juste sur le bord , un simple monument de marbre noir,comme ceux de tout un chacun .
Je le fais par respect pour lui et pour son oeuvre, et par hommage à mes grands parents qui avaient pris la peine de m'indiquer le monument et de me parler de lui .
Mais quand j'étais jeune fille, je ne suis pas sure que toutes les elèves du collège Jean Zay d'orléans savaient pourquoi leur école s'appelait ainsi .
bise Maminie

Écrit par : josette | 02/12/2011

Bonjour Annie

Je viens de terminer la vidéo sur la vie de Jean Zay, riche d'images troublantes sur la milice et ses grands défilés devant une tribune où tronait une francisque géante.

J'avoue que cela fait peur quand tu te dis que la bête n'est pas morte avec les partis d'extrème droite. Merci pour cette rétrospective et la mise en lumière du rôle de ce jeune républicain. J'ai découvert grâce à toi qu'il avait beaucoup apporté à l'école, et que nous lui devions les cantines etle sport l'après midi une fois par semaine.

Bonne fin de semaine, malgré la pluie et la galère !!!

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 09/12/2011

Bonjour
Une association demande le transfert de Jean Zay au Panthéon
http://la-parfaite-union.over-blog.com/article-5592457.html

Écrit par : Hélène | 04/01/2012

merci chère hélène et ce ne sera que justice rendue à ce grand homme quand il fera son entrée au panthéon .
Bises
ANNIE

Écrit par : Maminie | 04/01/2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique