logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/01/2009

TIENS V'LA L’FACTEUR…

Héritier d’un riche patrimoine, garant de pratiques ancestrales, le facteur, celui  qui au sens de la racine latine facto, « fait » la tournée, n’a eu de cesse d’évoluer avec son temps. 

 

Personnage emblématique de la société française, personnage qui relie les hommes, porte la casquette et présente le « calendrier des Postes » à ces clients en fin d’année.

medium_Numériser0015.11.jpg

Au 18ème siècle on ne compte à cette époque là, tout au plus que quelques centaines de facteurs répartis dans les principales villes du royaume. Ceux-ci distribuent le courrier intra muros mais ne desservent toutefois pas les campagnes. C’est la Grande Poste.

En 1759, PIARRON de CHAMOUSSET crée la Petite Poste de Paris : des facteurs relèvent des boites aux lettres disséminées partout dans la capitale et distribuent le courrier adressé pour Paris. Petite et Grande Poste fusionnées avant la Révolution, c’est un facteur aux fonctions élargies, mais au rayon d’action toujours urbain, qui oeuvre à la fin du siècle des lumières.

Un facteur qui possède toutefois déjà des signes distinctifs de son homologue d’aujourd’hui, comme des étrennes qu’il reçoit en fin d’année en échange d’un almanach. S’il porte la sacoche, il n’entre cependant pas dans les habitations, se contentant d’avertir de son passage avec son claquoir. Le métier balbutie encore.

Au 19ème siècle. C’est au XIXe siècle que se mettent en place les contours du métier et l’image du facteur. Tout d’abord il se généralise sur l’ensemble du territoire.

tenue réglementaire
La tenue réglementaire du facteur rural en 1898 (Musée de la Poste)

Par contre, à l’inverse d’aujourd’hui, il travaille et surtout marche 7 jours sur 7 puisque les premières tournées à bicyclette ne seront réellement encouragées qu’à partir de 1902.

Sa tenue adaptée aux saisons et au terrain sur lequel il exerce, ne lui est que tardivement imposée et il doit longtemps en supporter le coût. Quant à son salaire, il est alors indexé sur le nombre de kilomètres parcourus et la pénibilité de sa tournée ! Ensuite et enfin, s’il ne peut se faire remplacer que sur ses deniers, il bénéficie toutefois du droit à la retraite à 55 ans.

facteur à cheval

A la fin du XIXe siècle, le facteurs se déplaçaient à pied et parfois à cheval (musée de la Poste)

Le prestige du corps de fonctionnaires de l’Etat auquel il appartient en fait un métier très recherché. D’autant plus recherché qu’il se voit le droit de distribuer, contre des étrennes, un Almanach des Postes repensé, voué à l’acculturation des Français.

 

Au 20ème siècle. C’est le siècle de la maturité pour le facteur, puisque l’on ira jusqu’à compter 90 000 agents en 1990 contre 25 000 e, 1900.

En 1900, le facteur se reconnaissait à sa tenue caractéristique (musée de la poste)

Une croissance exceptionnelle donc, qui va de pair avec celle du développement de la correspondance écrite.

A l’image de cette société de transformation, le métier de facteur se féminise :

 tout d’abord à cause des guerres qui voient les hommes partir au front, puis les années 1970, par l’égalité de recrutement qu’imposent les concours. S’il a domestiqué la bicyclette pour en faire son attribut fétiche, il conquiert aussi l’automobile.

 

Au point, dans les années 1950, de former un célèbre duo rural jaune et bleu, la fine équipe « reliant les hommes ». Quant à la casquette, dotée du logo dès 1962, elle se visse définitivement sur sa tête, supplantant ainsi tous les autres couvre-chefs.

facteurs à vélo

Au début de XXe siècle, les facteurs faisaient la tournée à pied
ou à bicyclette souvent sur des chemins de terre.(musée de la Poste)

Moins  que le gendarme ou l’instituteur certes, le cinéma lui donne ses galons de vedette, notamment grâce à Jacques Tati.

Au 21ème siècle. Le facteur du IIIe millénaire est l’héritier  d’un passé pluriséculaire. Son métier a évolué avec les services qu’il est amené à rendre. Forte de 100 000 agents en ce début du 21e siècle, la profession continue à se moderniser à grande vitesse en fonction de nouvelles méthodes de distribution toujours plus performantes.

Qu’il marche, pédale, patine ou pilote, il avère ce dicton prophétique :

«  Qu’importe le moyen de locomotion, pourvu qu’il y est distribution ».


Découvrez Bourvil!

Commentaires

Bravo Maminie pour cette note en l' honneur du facteur!Il joue un role indeniable sur le plan humain que ce soit en ville ou dans nos campagnes !Mais son avenir est peut etre menace avec les perspectives de privatisation et de rentabilité!!
En attendant ,je le trouve sympa mon facteur !Je lui ai acheté le calendrier et je l'attends d'une minute à l'autre !!!
Bonne journée
Bises
Jacques

Écrit par : JACQUES de Haute Provence | 22/01/2009

Bel hommage nos facteurs le mérite bien j ai appris beaucoup de choses
amities
gisele

Écrit par : GIGI | 22/01/2009

belle note bien imagée...
la tournée à l'américaine de Tati, un régal
bises

Écrit par : henri | 22/01/2009

Tiens v'la l' facteur ! toujours d'actualité parce qu'il nous rend d'immenses services surtout dans les campagnes où il apporte un médicament, passe voir si tout va pour les personnes isolées ... si, si ça se fait encore ! et au village pas une événement sans sa présence que ce soit un mariage ou un enterrement ...
et quand il se marie (comme le nôtre) tout le village est de la fête !
Ta note est superbe pleine de renseignements tu vas postuler pour être guide au musée des PTT ?
Bises
Biche

Écrit par : Biche | 22/01/2009

un métier en perdition, dommage car qui ne connait pas son facteur ?? l'homme qui nous rend visite tous les jours, qui connait tout le monde, qui rend service dans les coins retirés, qui est toujours joyeux ... comme celui-ci ..
"Le facteur de Santa Cruz
Affalé sur son cheval
Ressemble à ouna médouse
Sous le soleil tropical
Il a beau somnoler
Dès qu'il voit une maison
Il se met à brailler
Du fond de l'horizon
Ohé les muchachas
J'apporte le courrier
Ohé les muchachas
Voici les P T T ... "

Bises

Écrit par : michka | 22/01/2009

Un régal Jacques Tati !
Le calendrier toujours présent chaque année dans la maison, c'est une tradition ...l'étrenne avec.
Et la pièce , ou les bonbons, quand le facteur se présente à la porte.

Bises. Josiane

Écrit par : josiane | 22/01/2009

Très belle note , sur les facteurs que l'on aime bien !
chez nous c'est une factrice depuis l'an dernier .. serviable , régulière dans sa tournée , elle passe vers 9 h 30 ......Nous n'avons jamais eu à nous plaindre de nos facteurs .ni de nos postiers .
Merci ANNIE ....bonne soirée . bisous . huguette

Écrit par : macary huguette | 22/01/2009

Merci d'avoir participé au jeu des expressions et les réponses sont inscrites aujour'hui.
Mon facteur s'appelle Patrick. C'est un gars de Nantes je crois. Il est toujours très attendu et lorsqu'il part en vacances nous attendons son retour avec impatience. Bravo pour ta chronique illustrée.
bises et bonne soirée.

Écrit par : Charline | 22/01/2009

Superbe ta note, belles photos, bien documentée.
Nous n'avons plus notre facteur qui à désormais une autre tournée. A la place, un jeune que nous ne connaissons pas, qui n'apporte plus le calendrier (ça se perd.) Quand on s'en va, plus possible de faire garder le courrier, il faut s'arranger avec les voisins ou ma soeur pour prendre le courrier dans la boîte.

Les nouvelles lois imposent maintenant des choses et l'on ne peut plus, là non plus, déroger. Une contrainte de plus.

Bises, Aliette

Écrit par : Aliette | 22/01/2009

belle note, documentée sur la fonction de facteur. Mon facteur passe avant Noël pour l'almanach, cette année c'est un "Oller", il distribue le courrier dans tout le quartier avec un vélo.Bises Annie.Renée

Écrit par : Renée | 22/01/2009

J'ai également mis un tout petit article sur le facteur, nous avons eu les mêmes idées. Depuis quelques années notre facteur ne passe plus pour le calendrier ... Ce n'est jamais le même non plus, il y a beaucoup de changement dans ce métier !


Bonne journée et bisous.

Écrit par : judith | 23/01/2009

Bonjour Annie,

Belle note qui honore ce métier aimé des français. J'ai beaucoup de respect pour eux, et dans la grande majorité, j'ai trouvé des gens dévoués et très proches de leurs concitoyens.

As tu visité le musée de la Poste, près de la Tour Motparnasse. Si tu retournes à Paris en train, il vaut la peine de s'y arrêter deux à trois heures.

Bises du grillon et merci pour cette note

Écrit par : christian | 23/01/2009

Coucou !
Tiens voilà facteur , pour garder ce beau métier faut être cinglé ... c'est Bourvil qui l'a dit !
Note bien présentée . Bizous Françoise !

Écrit par : françoise la comtoise | 23/01/2009

Chez moi, le facteur est passé et je pourrai dorénavant marquer les pages de mes livres préférés....

Un grand merci à l'envoyeur...


Grosses bises
hélène

Écrit par : hélène | 23/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique