logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

01/08/2008

OUI MAI....APRES

L'ETE 1968 A ORLEANS ....

En 1968, la france ne compte que 2,7 % de chômeurs.

L'emploi n'est pas un problème et sur les pages de "La République du centre " réservées aux annonces, les offres se déclinent souvent au pluriel. L'Unelec, rue d'Ambert recherche ainsi des "tourneurs, ajusteurs, serruriers, chaudronnier, électromécaniciens, électriciens". Les Ateliers Pierre Gouju faubourg Madeleine, sont en quête de "toliers, menuisiers, ébénistes, machinistes, serruriers". Simone Pérèle quant à elle des "mécaniciennes sachant piquer sur les machines industrielles".

L'emploi n'est pas un problème, même pour les personnes peu ou pas qualifiées. Si Rivierre-Casalis recherche "de jeunes toliers titulaires du CAP" la fonderie Chenesseau à Saint Jean de Braye, embauche des "manoeuvres à spécialiser en fonderie".   La formation se fera sur le tas. Même chose aux établissements Bril (confection quai du roi) qui recherchent des "jeunes filles nées en 1950/1951/1952, sans qualification spéciale et désirant apprendre un métier. Le CV n'est en conséquence exigé que pour les emplois les plus qualifiés : une offre pour un poste de "cadre commercial dans une Société internationale" énumère ses exigences (connaissances comptables, expérience professionnelles, sens du commerce, facilité de rédaction et "si possible connaissance des problèmes de crédit") et réclame un CV avec "photo et prétentions". Mais il s'agit d'une exception : la règle générale veut qu'on se présente à l'entreprise aux heures d'ouvrture et que l'embauche se décide dans la foulée.

Les entreprises ont besoin de main-d'oeuvre. Elles font donc valoir les avantages qu'elles proposent.

 La SOFACO, de Fleury les Aubrais recherche des soudeurs à l'arc. Elle précise qu'elle dispose d'une cantine et que les horaires sont de 50 heures en cinq jours..... soit quatre heures de moins que les maximales hebdomadaires !

medium_Numériser0015.9.jpg

Les entreprises ne font pas la fine bouche. L'Etat français non plus : il a besoin de bras et les étrangers sont bienvenus... Courant juin, il a décidé d'un quota pour l'entrée en France de main-d'oeuvre algérienne : il s'établit à mille personnes par mois !

C'était il y a très longtemps .... On travaillait très dur, mais il n'y avait  presque pas de chômeurs. Et pas du tout de sans papiers........

UN TEMPS QUE LES MOINS DE QUARANTE ANS 

 NE PEUVENT PAS CONNAITRE !!!!

(sources journal Rép. Centre)

Commentaires

Bonjour Annie.
Pas si longtemps que cela, juste 40 ans, c'était la période de nos 20 ans...la période des 30 glorieuses.
Les temps ont bien changé.

Bises.

Jean Claude

Écrit par : Jérémie Ménerlache | 01/08/2008

Bonjour Annie


En 62, j'ai envoyé 21 lettres disant que j'étais libre de l'armée. J'ai reçu très rapidement 10 réponses positives. J'ai renvoyé 9 lettres demandant des précisions et j'ai choisi entre 3 d'entre elles après un entretien. Et j'y suis resté 34 ans ! Mais l'horaire réel sur chantier à l'étranger était de 6 fois 12, avec possibilité de faire des semaines de nuit. Un peu moins en France, avec 5 fois 12 plus 5 heures le samedi en heures sup.

Ta note reflète bien cette époque du plein emploi, quand le transport de marchandises coûtait plus cher que la main d'oeuvre !

Bises du grillon

Écrit par : christian | 02/08/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique