logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/02/2008

ILS SONT NES UN 17 FEVRIER...

Yves Pouliquen - Médecin et académicien français - 

Né à Mortain le 17 février 1931

Docteur en médecine, spécialiste mondialement reconnu en ophtalmologie, Yves Pouliquen obtient son diplôme en 1963. Egalement professeur agrégé, il devient ophtalmologiste des hôpitaux en 1966 et sera même chef du service d'ophtalmologie de l'Hôtel-Dieu de Paris de 1980 à 1996. Il dirige l'unité de recherches en ophtalmologie de l'INSERM entre 1979 à 1998 et préside la Banque française des yeux de 1985 à 1998. Depuis 1997, il est président de l'Organisation pour la prévention de la Cécité et membre du Conseil de l'ordre national du Mérite. Yves Pouliquen a reçu de nombreux prix scientifiques, pour ses travaux sur le kératocône, une affection caractérisée par une déformation conique longtemps transparente de la cornée à l'origine d'un astigmatisme très handicapant, et sur la structure de la cornée. Pour l'ensemble de son oeuvre scientifique, la Ville de Paris lui a décerné le prix Claude Bernard en 1999. Il a reçu une médaille de l'Académie française en 1992 et le prix littéraire du Rotary en 1996 pour des ouvrages d'intérêt général. Docteur honoris causa de l'université de Conception du Paraguay, et de l'université Laval de Québec, il est élu membre de l'Académie nationale de médecine en 1992 et de l'Académie française, en 2001.

-0-0-0-0-0-

 André Dussollier  - Acteur français - 

Né à Annecy le 17 février 1946

 Enfant unique, André Dussollier passe une enfance assez solitaire à Cruseilles près de Thonon-les-Bains. Après avoir fait du théâtre à l'école, il obtient deux licences de lettres modernes et une maîtrise à Grenoble. A vingt-trois ans, il suit des cours de théâtre avec Jean-Laurent Cochet, puis entre au conservatoire où il reçoit le premier prix. En 1972, il est pensionnaire de la Comédie-Française. La même année, le cinéma lui ouvre ses portes avec le film de François Truffaut 'Une belle fille comme moi'. Il tourne en 1975 'Le Couple témoin' de William Klein aux côtés d'Anémone. Il abandonne les rôles d'intellectuels pour jouer dix ans plus tard celui d'un grand séducteur et d'un papa poule dans la comédie 'Trois hommes et un couffin' de Coline Serreau. En 2003, il joue dans le second volet intitulé '18 ans après'. Il incarne un passionné de littérature dans 'Les Enfants du marais' et prête sa voix à la narration du 'Fabuleux Destin d'Amélie Poulain', puis tourne dans 'Tanguy' d'Etienne Chatilliez. En parallèle, André Dussollier est remonté sur les planches. Mais le grand écran reste le plus important : '36 quai des Orfèvres', et 'Un long dimanche de fiançailles' en 2004, 'Mon petit doigt m'a dit' l'année suivante. En 2006, il est à l'affiche de 'Ne le dis à personne', thriller aux multiples récompenses et enchaîne avec plusieurs drames. Il continue d'alterner entre les genres avec 'La Vérité ou presque' comédie de Sam Karmann et 'Cortex' thriller policier de Nicolas Boukhrief dans lequel son personnage a du mal à prendre sa retraite. Un présage pour le prolifique Dussollier ?

-0-0-0-0-0-0-

 Bernard Rapp  - Journaliste, réalisateur et scénariste français - 

Né à Paris le 17 février 1945

Décédé le 17 août 2006

Diplômé de l'Institut français de presse après une licence de droit, Bernard Rapp commence par des piges à Combat et Le Monde. En 1976, le journaliste entre à Antenne 2. Il est d'abord grand reporter avant d'être correspondant à Londres en 1981. Il y reste deux ans, mais gardera toujours une élégance et un humour 'so british'. En 1983, Pierre Lescure le rapatrie pour succéder à Patrick Poivre d'Arvor à la présentation du 20 heures. Pendant quatre ans, Bernard Rapp raconte le monde avec décontraction et une pointe d'ironie. Il se lance ensuite dans les magazines culturels avec notamment 'L' Assiette anglaise', 'Caractères', ''Héros vinaigrette' ou encore 'Un siècle d'écrivains'. Après en avoir parlé à la télévision, il se tourne vers sa passion : le cinéma. Son premier film en tant que réalisateur, 'Tiré à part' (1996), le replonge dans le milieu de l'édition. Mais c'est avec son deuxième film, 'Une affaire de goût' (1999), qu'on le considère comme un cinéaste à part entière. Après ces deux films sombres où les personnages se livrent un duel psychologique, il se dirige vers plus de légèreté avec 'Pas si grave' (2003), changement mal perçu par la critique. L'année suivante, il adapte la pièce 'Un petit jeu sans conséquences'. Il réécrit le scénario avec sa patte, ajoutant un peu de noirceur à la comédie. Journaliste élégant et cultivé, Bernard Rapp a réussi sa conversion au cinéma. Il meurt d'un cancer à 61 ans, alors qu'il travaillait sur un dernier film, 'La Vierge rouge'.

-0-0-0-0-0-0-

 Ruth Rendell  - Ecrivain anglaise -  

 Née à South Woodford le 17 février 1930

Fille d'un couple d'enseignants, Ruth Rendell découvre très tôt la littérature. A 18 ans, elle gagne sa vie comme reporter et fondera même un journal qui ne durera pas. Elle épouse un journaliste Don Rendell en 1950 et un enfant naîtra de ce mariage. Elle écrit tout d'abord une demi-douzaine de romans (comédie de moeurs, fresque historique) qui ne trouvent pas d'éditeur et c'est quand elle s'essaie au roman policier, sur les conseils de son mari, qu'elle trouve enfin sa voie. Son secret : de multiples personnages, une fin imprévisible, voilà ce qui vous attend à la lecture de ses livres. Ruth Rendell est passée maître dans la peinture psychologique du mauvais côté de ses semblables. Elle écrit également des thrillers psychologiques sous le nom de Barbara Vine.

-0-0-0-0-0-0-

Alice Dona - Chanteuse et compositeur française -

Née à Maisons-Alfort le 17 février 1946

Complice de Serge Lama, pour qui elle a écrit nombre de futurs succès, Alice Dona a aussi exercé son talent de chanteuse sur scène. Après avoir suivi des cours de piano dès son plus jeune âge, Alice Dona abandonne ses études pour entrer au Petit Conservatoire de Mireille, qui lance sa carrière. En 1963, elle enregistre ses premiers disques, 'Demain,j'ai 17 ans', 'Ma surboum' et 'Mon train de banlieue', bourrés de chansons dans l'esprit du moment. Ces premiers succès lui permettent dassurer des premières parties à l'Olympia et à Bobino, puis elle part en tournée avec le groupe Les Célibataires, dont un certain Pierre Perret fait partie... Dans les années 70, elle enregistre encore quelques titres, mais écrit surtout pour les autres chanteurs comme Sheila, Enrico Macias, Joe Dassin, Mireille Mathieu... Pour Serge Lama, elle compose entre autres 'Femme, femme, femme', 'Je suis malade' ou encore 'L' Enfant d'un autre'. Puis elle reprend le chemin des studios en 1976 pour enregistrer ses propres albums durant la décennie qui suit, et fonde une école de variétés portant son propre nom. Entre 1999 et 2001, Alice Dona publie en CD ses best-of. En 2002, elle sort l'album 'Merci Monsieur Bécaud' puis un live en 2004 'Quarante ans déjà'. Elle y revisite sa carrière à l'Olympia avec de nombreux invités comme Liane Foly, Serge Lama et Michel Fugain. Elle donne la réplique à Philippe Chevallier dans la pièce 'Ce soir ou jamais' de Philippe Hodara et Bruno Chapelle. Elle vit aujourd'hui avec l'animateur Laurent Boyer.

-0-0-0-0-0-0- 

Michael Jordan  - Joueur de basket-ball américain - 

Né à Brooklyn, New York le 17 février 1963

Durant son enfance, Michael Jordan est partagé entre deux passions : le base-ball et le basket-ball. Lors de son cursus à North Carolina, il marque le panier vainqueur de la finale universitaire de 1982. C'est un vrai déclic. Sélectionné pour les JO, il remporte la médaille d'or en 1984, avant d'être choisi par les Chicago Bulls. Dès sa première année dans l'équipe, 'l' arrière' montre tout son talent. S'il lui faut attendre 1993 pour conquérir son premier titre de champion, sa classe éclabousse toute la NBA, hypnotisée par son jeu stratosphérique et imaginatif. Battant tous les records, il permet à son équipe de gagner trois titres consécutifs ainsi que les JO, avant de se retirer en 1993. Quelques mois plus tard, il réapparaît sur les terrains de base-ball. Pari loupé, Jordan revient à sa drogue, la balle orange. Il réalise à nouveau la passe de trois avant sa deuxième retraite en 1998. Deux ans plus tard, celui que l'on surnomme 'Sa majesté' prend possession des Washington Wizards. Devenu l'icône de la marque Nike, il ne supporte pas de voir son équipe ramer et revient pour quelques temps sur les terrains avant de prendre sa retraite en 2003. Trois ans plus tard, en 2006, il devient co-propriétaire des Charlotte Bobcats. S'il y a un dieu du basket, c'est bien Michael Jordan.

Commentaires

ça alors ! je ne me souvenais plus que Bernard RAPP était décédé ! Dona et Boyer ..ça fait un bail ! dans ce milieu, ça compte...Bises de miche

Écrit par : miche | 18/02/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique